bien parier

Comment bien parier et gagner le plus possible ?

L’autre jour, j’ai misé 60 euros pour la demi-finale de la Ligue des Champions, lors du match Lyon-Bayern.

Evidemment, j’ai misé risqué, c’était l’idée. Je n’ai donc pas joué la victoire du Bayern (alors que tous les feux étaient au vert pour les Rouges), mais j’ai pris le risque de miser sur Lyon. 60 euros perdus bêtement.

Tout ça parce que je ne voulais pas miser sur une petite cote, sûre. Si vous débutez dans les paris sportifs, si vous voulez comprendre comment bien parier, suivez le guide ! Vous allez voir, c’est assez facile !

Avant de commencer à parier, quelques règles de sécurité financières et mentales. Fixez-vous un montant maximum à jouer par mois, à jouer par semaine, à jouer par jour. La plupart des sites de paris sportifs vous proposent de vous auto-réguler, pour ne pas risquer la faillite personnelle.

C’est important de savoir combien vous êtes prêt à jouer avant de miser, avant de vous lancer dans un pari sportif.

C’est un peu comme au poker en cash game : il faut savoir quand arrêter de recaver, et quand quitter la table (fixez-vous un plancher et un plafond).

Etape 1 : sur quel sport parier ?

Dimanche dernier avait lieu la finale de Roland Garros. Encore une fois, pour la 13ème fois de sa carrière, c’est Rafael Nadal qui a remporté le tournoi face à Djoko. L’auriez-vous parié, alors que le Serbe est actuellement #1 mondial au classement ATP ?

J’ai douté, j’ai hésité… et j’ai préféré ne pas mettre un euro sur ce choc des titans. Et en réalité, je regardais le Grand Prix de l’Eifel, en Autriche, pour assister à une nouvelle victoire de Lewis Hamilton, et le premier podium (3ème place) de Daniel Ricciardo avec Renault.

Parier sur la Formule 1, c’est possible aussi. (Et récemment, un heureux parieur a gagné gros en misant sur la victoire improbable de Gasly).

Donc choisir votre sport, c’est la première étape pour bien parier.

Mon conseil : si vous n’y connaissez rien, ne pariez pas. Attendez un peu. Lisez les journaux sportifs, constituez-vous de solides connaissances avant de miser le moindre euro. Et écoutez les avis des parieurs pros.

Comprendre les cotes pour bien parier : comment ça marche les paris sportifs ?

Pour chaque match, le site de pari sportif vous propose une cote pour votre pari. Imaginons un match PSG-Manchester United (un jour, je me remettrai de cette défaite stupide en Ligue des Champions).

Le PSG avait gagné à l’aller à Old Trafford. Il part donc favori. Le site peut proposer une petite cote, 1,20. Cela veut dire que pour 1 euro misé, vous remporterez 1,20 si le PSG gagne le match. Si vous misez 10€, vous en gagnerez 12. Si vous en misez 100, vous en gagnerez 120 etc…

Plus la cote proposée est proche de 1, plus cela signifie que les bookmakers estiment le résultat presque certain.

Pour nous, joueurs, ça commence à devenir marrant quand les cotes augmentent, à 1,50, à 2, à 3, à 10. Autant vous dire que le parieur qui a misé 10€ sur Gasly avec une cote à 200 s’est fait plaisir.

Récemment, lors de l’édition 2020 de Roland Garros, la cote de Nadal était de 2, ce qui signifie que les bookmakers lui donnaient la victoire à 50%.

Le calcul de la cote est le suivant :

Cote = 1/ probabilité.
Dans le cas de Nadal, ça donnait :
Cote = 1/ (50%) = 2

En final d’un Grand Chelem, vous pourriez vous attendre à voir des cotes à 2 des 2 côtés, mais ce n’est pas toujours le cas ! Plus intéressant que de parier uniquement le jour de la finale : pariez au début du tournoi. Ainsi, un Wawrinka était coté à 26.00 et Thiem à 4.00.

Vous devez donc savoir quel risque vous souhaitez prendre, et avoir votre définition de “bien parier”.

Est-ce que pour vous, c’est perdre 10 petits paris mais gagner un gros pari, ou ne miser que sur de petites cotes, sur des résultats très probables (Nadal gagne, Hamilton gagne…) ?

Les subtilités pour bien parier

Parfois, vous verrez que certaines cotes sont boostées. Ce sont généralement des paris amusants, destinés à faire venir les parieurs sur un événement en particulier.

Par exemple, « Choupo-Moting ouvre le score », c’est rare, et les sites de paris sportifs peuvent décider de booster cette cote pour inciter les parieurs à ouvrir leurs portefeuilles en grand.
Si vous aimez bien les paris combinés, le foot est parfait pour ça.

Mais pour bien parier, amusez-vous aussi avec l’e-sport, et le domaine préféré de mon meilleur ami : les fléchettes. Oui oui, si vous voulez vibrer devant n’importe quelle compétition : 10 balles sur un pari, et même le curling prend une autre dimension !

Si vous aimez la certitude, ou ce qui s’en approche, la victoire de Lewis Hamilton lors du prochain Grand Prix du Portugal est aux alentours de 1,4. Fort probable…

Et si vous voulez vous renseigner avant (cf conseils précédents, vous pouvez regarder la série Drive to Survive sur Netflix et analyser cette étude sur le pilote le plus rapide de l’histoire de la F1 !)

Bon week-end les parieurs !

Sélim, in the mood “100% des gagnants ont tenté leur chance” !

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des films, des campagnes de pub aussi. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne (forbes.fr, glassdoor.fr, artdeseduire.com, les-mots-magiques.com), mais j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *