first love

Cette Déclaration d’Amour, 25 Ans Trop Tard

J’étais amoureux d’elle. Elle était blonde, elle avait les yeux qui pétillaient. 25 ans plus tard, je me rappelle encore de l’invitation qu’elle m’avait remise en main propre pour son anniversaire. Moi, j’étais invité à une fête par une fille, la plus belle, ma rivale.

Nous luttions pour le trône, pour la suprématie en maths, en français, en histoire-géo. Au moindre relâchement, elle reprenait la tête. Je l’admirais, elle était si souriante, pleine de vie… mais tellement impressionnante : c’était UNE FILLE ! Et je n’avais pas la moindre idée qu’elle était amoureuse de moi en secret.

first love

Je l’ai appris un matin, à l’aube, pendant que les jeunes écoliers de Harlem attendaient leur bus pour se rendre en cours. Dans le café, j’avais trouvé un code WiFi pour me permettre de checker mes mails professionnels. Les deux trois urgences traitées, je pouvais aller perdre mon temps sur facebook.

Et remarquer un message filtré, caché, de cet amour contrarié par la peur qui n’a jamais vu le jour. J’étais bien trop timide à l’époque, caché derrière mes grosses lunettes, pour espérer qu’une fille s’intéresse à moi. Une fille comme elle surtout. Je lui prêtais toutes les qualités féminines qu’un enfant de 7-8 ans peut voir en une jeune sirène blonde aux cheveux bouclés. Confiance en moi : zéro. Ou en dessous, si ça existe…

Je me souviens avoir eu le droit de me rendre à son anniversaire à vélo. Vous ne vous rendez pas compte : il y avait peut-être entre 5 et 10 minutes à vélo, mais pour ma mère, me laisser sortir du quartier, c’était comme si je partais au Liban ou à Chicago (gros niveau de danger…)

Premier amour Thierry Hazard

De mémoire, mon rêve blond habitait à proximité de la Poste, au Passage (un bled à côté d’Agen). Autant vous dire que je ne me souviens de presque rien de cet après-midi où je me sentis gauche et mal à l’aise, moqué probablement pour mon peu de swag sur le dancefloor quand retentit Le Jerk de Thierry Hazard. (C’est fou ce que la mémoire peut se fixer sur des souvenirs insignifiants, mais mon cerveau a toujours tout daté au carbone 14 du Top 50).

Jamais ni elle ni moi n’eûmes le courage de faire un pas vers l’autre. Trop peur d’être rejetés, trop peur d’être jugés, trop peur d’avouer une faiblesse là où nos jeunes égos se livraient déjà une bataille féroce pour la tête de classe.

Elle disparut en CE2 ? En CM1 ? Je ne me souviens plus exactement du moment où nos routes se séparèrent, mais en CM2 je quittais ma classe et mes amis à Agen pour rejoindre Auxerre et la première division.

“Moi aussi ça me fait super plaisir de te retrouver. J’étais trop contente quand je t’ai vu sur mon mur à “vous connaissez peut-être”. Et si on en est aux confidences je t’avoue que j’étais complètement amoureuse de toi en CE1…” Merci pour ces mots, A.L, qui réussissent à toucher l’enfant en moi.

Serais-je devenu coach en séduction si nous nous étions aimés librement en 1990 ? On ne peut pas savoir. La vie est faite de ces chemins qu’on ne peut explorer à l’envers. Quand je suis arrivé ici à New York en 2010, il y avait une émission à la télé: “First love, second chance”, qui proposait à des candidats de retrouver leur premier amour.

premier amour

Faut-il donner une chance à son premier amour quand il recroise par hasard votre route des années après ? Quoi qu’il en soit, ça fera une très bonne base pour un film, une série, une chanson, un fortune cookie qui sait…

Si Sélim 32 ans pouvait croiser Sélim 7 ans, il lui dirait probablement : “Kiddo, oublie que t’as aucune chance, sur un malentendu, ça peut marcher!” On ne sait jamais vraiment ce que pense l’autre en face, et son apparente froideur n’est peut-être que de la timidité. J’aurais adoré avoir un grand frère pour m’expliquer ces trucs-là...

Dans tous les cas, cette confidence de femme désormais mariée et heureuse a suffi à me donner le sourire pour la journée !

A bientôt,

Sélim, 8 ans again !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *