Kos île grecque

Voyage en Grèce : Prendre la Tangente à Kos

Sinon j’avais aussi “Kos toujours, tu m’intéresses” comme titre, mais j’avais envie de culture pour cet article dédié à mon court mais intense séjour à Kos, une des îles grecques les plus à l’est.

Autant vous dire que quand on m’a proposé de voyager en Grèce, à Kos, j’ai dit oui dans la seconde ! Je vous raconte cette odyssée en images !

kos-grecotel-cape-sounio
Mykonos, ça me parle, j’ai des copains qui prennent souvent des vacances entre copains là-bas. Rhodes, je vois le truc, c’est le colosse. Athènes, c’est bien ancré dans ma tête, j’ai lu les Chevaliers du Zodiaque comme tout adolescent des 90’s.

La Grèce enfin ! Elle me boudait, après plusieurs voyages avortés dans les Cyclades, après l’échec de Dream Holiday qui n’a jamais trouvé son public à Longos, c’est Kos qui m’a ouvert les bras !

Kos, c’est là. Au bout du bout du bout des îles grecques. Kos est une île grecque faisant partie de l’archipel du Dodécanèse (do-deca, les 12, je vous épargne les cours de grec ancien), dans la mer Égée, à une encablure des côtes turques.

Les bateaux remplis de touristes font l’aller-retour et hop, du berceau de l’Europe, vous êtes en Asie !

Zoomez un peu ! Dans le cadre de ce blog trip à Kos, nous avons logé dans un club Marmara, très francophone, très francophile, avec des animations toute la journée : un vrai club familial.

De ma chambre, j’apercevais l’île de Pserimos, que j’ai confondue au début avec la Turquie. Mais concentrons-nous sur Kos : l’île de la médecine.

A vrai dire, c’est à Kos qu’est né Hippocrate, le mec du serment. OK : le père de la médecine.

Mais bon, sans vouloir l’offenser, c’est un peu facile d’inventer la médecine sur une île aussi cool. La légende raconte qu’avec le miel de Kos et les oliviers, les gens vivaient des millénaires ! (Légende made in moi).

Mais je ne vais pas réécrire l’Histoire : en changeant de régime alimentaire, Hippocrate le grand est mort à Larissa. Ben ouais. Alors que l’huile d’olives et le miel adoucissent et conservent, Larissa l’a tué.

Hippocrate de Kos
Larissa. Sandwiche grec. Vous l’avez ?

Bienvenue sur l’île de Kos !

Lundi soir, après 4 heures de vol et des bagages perdus (pas les miens, non, j’ai une tête à enregistrer des bagages pour quatre jours, vous êtes des fous vous…), nous prenons possession des lieux. Et au lit !

Je n’ai qu’une hâte : me réveiller pour aller me jeter dans la piscine !

piscine-resort-kos

Départ pour un grand site archéologique, Asclepeion sous un soleil de plomb.

kos-site-asklipion

kos-site-archeologique

site-archeologique-asklipion

Notre guide Constantin, Costa, est génial, une vraie rencontre, un homme qui vous raconte une histoire. La sienne, et celle de Kos, celle du départ des enfants du pays à cause de la pauvreté au sortir de la seconde guerre mondiale et au début des années 70…

Si certains sont partis vers les Etats-Unis (la communauté grecque est bien représentée, cf le film MY BIG FAT GREEK WEDDING), lui et les siens ont embarqué pour l’Australie.

C’était vraiment touchant de l’entendre parler de l’amour qu’il avait pour son île, et de la joie qu’ils ont éprouvé en pouvant enfin rentrer au pays.

Et lui mieux que quiconque comprenait le désespoir de devoir fuir son “chez soi”, vu le contexte international.

Après le site archéologique vint la ville. Et le fort. Et le fameux arbre sous lequel Hippocrate donnait ses cours de médecine. Un platane gigantesque. Tellement grand qu’il ne rentre pas sur les photos, il va falloir vous y rendre pour voir tout ça de vos propres yeux !

Avant, cette place était le centre de la ville, le poumon de l’île selon notre guide Costa.

Le restaurant Lambros nous achève : des morts-vivants. A vouloir tout goûter, nous voilà plombés. Oui, nous avons abusé des bonnes choses, il faut l’admettre ! Une bonne sieste est nécessaire pour nous remettre les idées en place !

Le soir, c’est coucher de soleil dans ZIA, un village pittoresque dans lequel mes compagnons de voyage s’en donnent à coeur joie !

Aveu de faiblesse : pas la force d’aller clubber ou que ce soit. Un livre et au lit.

Kos ou Cos : qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait la Grèce !

Réveil numéro 2, mercredi matin. L’île de Kos est déjà bouillante. Plus de 27 degrés. Aujourd’hui, c’est les visites plus business pour comprendre l’économie de l’île de Kos !

On commence par l’atelier (je ne peux pas appeler ça une usine vu la taille) de production d’huile d’olives. Ce qui m’a plu : l’alliance de l’ancien, du traditionnel et de la modernité.

Mets de l'huile, mets de l'huileuh ! #olive #oil #tasting #kos #visitgreece #lifestyle #foodporn #holiday #summer2016 #Greece

Une photo publiée par Sélim NIEDERHOFFER (@selimniederhoffer) le

La personne qui nous reçoit et nous explique comment on fabrique l’huile d’olive est chimiste de formation, et passionné par son métier.

Il nous explique le calendrier des récoltes, il nous détaille les variétés d’olives et nous renseigne sur les pratiques qu’il tient de son père. Aujourd’hui, il gère l’atelier avec son frère.

Plutôt que de demander de l’argent aux producteurs d’olives, il prélève 10 pourcent de la récolte livrée à son atelier et nous enseigne que plus on traite tôt les olives récoltées, meilleure est l’huile.

Et la dégustation lui donne raison : le produit est délicieux. De la tapenade à l’huile d’olive, on goûte à tout sans se soucier du cholestérol !

Et pour toute la partie impropre à la consommation : ça finit en cosmétique, en savon à l’huile d’olive ! Il arrive presque à 0% de déchets !

Mais l’ensoleillement de l’île de Kos ne profite pas qu’à l’oléiculture : nos amies les abeilles font ici du très bon miel ! Direction la fabrique de miel pour y découvrir le processus de fabrication.

Les apiculteurs du coin cherchent les fleurs, du pollen pour les abeilles !

kos-miel-1

kos-miel-2

Restaurant à la plage, il est 15 heures. Soupe de poisson, meze frais, je vais exploser, il faut que je file, m’esquive, c’est l’heure du sport, l’eau me manque !

Pas une vraie planche pour le paddle, mais une vieille planche à voile recyclée. Le Brésilien qui me loue la planche me demande de ne pas partir trop loin : il y a en effet beaucoup de vent, nous sommes sur la face de l’île qui permet l’essor de tous les sports nautiques.

Cheval, petite promenade pour parfaire notre expérience de touristes ! Malheureusement nous n’avons pas pu aller galoper sur la plage, nous avions trop de retard sur le planning.

kos-rando-cheval

Planification et vacances se conjuguent mal, on dirait !

Le soir, dîner italien au village vacances, après un coucher de soleil dans la mer Egée. Le paradis, ou presque.

Le lendemain, le réveil pique trop et les heures entre 5 et 12 ont été effacée de ma mémoire. En revanche : le passage par l’HOTEL GRECOTEL, avec le petit déjeuner et la vue de rêve sur le temple de Poséidon, là, c’était très fort ! Un peu comme ces spectacles qui savent finir sur une superbe note !

La parenthèse grecque sur l’île de Kos se referme déjà et de nouvelles aventures m’attendent. Le plus drôle ? Ma meilleure amie, chargée de la sélection de notre lieu de vacances, avait mis sur le podium Kos face au Portugal et à une destination en Croatie.

Je reviendrai Kos, promis ! Tellement de belles destinations à découvrir dans les îles autour aussi !
Encore un grand merci à l’Office National Hellenique du Tourisme pour ces moments de plaisir !

Kos île grecque

kos-bateau-sur-leau

kos-degustation-vin-2

kos-degustation-vin

kos-mosquee-du-village

kos-moulin-a-vent

kos-visite-des-hauteurs

loin-des-baigneurs-kos

plage-kos

selim-niederhoffer-sport-stand-up-paddle

stalker-a-kos

Allez, une petite interview pour la télé locale… Malgré mes tentatives de parler grec, on l’a faite en français !

Merci à l’office du tourisme héllenique pour ce séjour génial qui m’a aussi permis de découvrir les blogueuses voyage ChauxMeLeMonde, Bambi A Paris, Hedilya, Les Baroudeurs.

Pour les photos et les aventures en temps réel : suivez-moi sur Instagram !

4 comments on “Voyage en Grèce : Prendre la Tangente à Kos”

  1. Salut Selim! J’espère que tu vas bien.

    Sympa ton article plein de petits jeux de mots et avec un vision un peu différente! J’avais chercher l’interview sur le net sans succès 😉

    Merci pour la mention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *