Onewheel-claouey-cap-ferret

Test : J’ai glissé en Onewheel à Claouey, au Cap Ferret, chez Ride On Experience !

C’est mon frère qui m’a envoyé une vidéo du Onewheel, le nouveau sport de glisse du moment. Il m’a dit « Je te promets si tu n’y vas pas pour le tester à la plage ou en forêt, je te bute. » Ou un truc comme ça, bien motivant.

Lui est surfeur, rideur tout terrain. Aussi, quand il me parle d’un nouveau sport, de nouvelles sensations, j’ai tendance à écouter. Et c’est comme ça que je me suis retrouvé avec mon casque de protection à essayer le Onewheel à Claouey !


Onewheel-claouey-cap-ferret
C’est donc à Claouey, une des bourgades de la presqu’île du Cap Ferret que se vit l’aventure OneWheel, chez RideOnExperience.

Avant de démarrer ma séance d’initiation, j’avais décidé de regarder la bête de plus près.

Récemment, j’avais certes pris mes premiers cours de snowboard avec la championne du monde de freestyle Anne-Flore Marxer, j’ai backé un projet de skate made in France, Squête, et je me suis vraiment marré sur le skate rigide dans l’atelier du shaper Romain Chapron à Anglet lors du test de la Fiat Spider 124

Mais en voyant les vidéos du OneWheel sur facebook, je me disais que les sensations de glisse devaient être différentes…

Vous l’avez compris : le OneWheel, c’est un skateboard électrique à une roue, avec un moteur intégré. Les sensations sont vraiment différentes de ce que vous pouvez expérimenter sur un Segway, ou un hoverboard… et même sur un skateboard classique.

Sur un skateboard « normal », vous sentez les roues à chaque mouvement, à chaque bosse. Là sur le Onewheel, vos pieds sont « au-dessus du vide », on va dire. Jack, je vole !

Le Onewheel : d’où vient ce skateboard électrique à une roue ?

California baby ! Evidemment, c’est une fois de plus à l’Ouest qu’on retrouve les créateurs de ce nouveau sport de glisse.

Qu’on ne s’y trompe pas : le Onewheel n’est pas un moyen de mobilité urbain, le truc que tu prends pour aller acheter ton pain. Ce n’est pas comme la Solowheel que vous pouvez voir si vous habitez dans les grandes villes.

(Note à moi-même : promis, j’ai réussi à maîtriser à peu près le Onewheel en moins d’une heure, il est hors de question que je reste sur un échec sur la solowheel !)

Mais revenons à nos moutons : ce skate électrique à une roue est un véritable nouveau sport de glisse. Et quand on voit la vidéo, on sent le potentiel : courses, cross, figures, pourquoi pas même du hockey sur Onewheel ?

L’histoire du Onewheel commence sur Kickstarter, cette plateforme de levée de fonds collaborative.

Le 6 janvier 2014, les créateurs du OneWheel lancent leur levée de fonds : ils ont besoin de 100.000 $. Cent mille dollars pour développer le produit, le tester, en faire la promotion.

En quatre jours, la somme est récoltée et ils quittent leurs jobs. Le 27 janvier, trois semaines plus tard, c’est quelques 1015 contributeurs qui ont versé 630863$. Six fois la somme espérée !

La success story et les tests peuvent commencer, la Grande Bretagne sera la première touchée après les Etats-Unis et de grands noms de la glisse comme Kelly Slater et Todd Richards ont déjà apporté leur soutien au OneWheel.

(Chouette article à ce sujet dans Playboy, en anglais, qui explique pourquoi le Onewheel n’est pas un hoverboard quelconque.)

Ici en vidéo, une démonstration de ce qu’un surfeur peut faire avec son skateboard électrique à une roue !

Comment fonctionne le Onewheel ?

Un capteur de mouvements est intégré à l’intérieur : c’est lui qui va comprendre si vous voulez accélérer et aller de l’avant ou si vous voulez plutôt freiner. Dans la roue, le moteur qui vous propulsera jusqu’à 25km/h en vitesse de pointe.

Pour les virages, c’est comme au snowboard, comme au surf : c’est le bassin, le torse et les épaules qui donnent l’impulsion ! Le regard doit toujours pointer vers la direction où vous voulez aller.

Un conseil de débutant : le pire truc à faire, la pire erreur à éviter en OneWheel, c’est de regarder vos pieds ! (exactement comme en snowboard, levez la tête !)

Pour accélérer, on se penche vers l’avant. Pas brusquement, mais on appuie progressivement. Si vous êtes trop brusque, vous risquez de le planter et de partir en soleil par-dessus !

A l’inverse si vous êtes trop penché en arrière, le OneWheel interprète ça comme un freinage. Or, sans vitesse, vous ne pouvez pas avancer et vous peinerez à trouver l’équilibre.

C’est exactement le même principe que sur un vélo : à l’arrêt, c’est injouable. Le vélo comme le Onewheel ont besoin de vitesse pour vivre et trouver un équilibre !

OneWheel Experience Center à Claouey, au CapFerret (33)

Claouey-Onewheel-experience-center
Sur route, sur piste, en forêt ou à la plage, le Onewheel passe partout !

L’arrivée du Onewheel sur le territoire français est assez récente, car la team a envie de centres d’expérience de qualité et se montre très sélective sur sa distribution.

Et c’est RideOnExperience qui a eu la chance d’obtenir le Onewheel en premier, à Claouey.

Les deux formateurs, Arnaud et Sam ne sont pas que moniteurs de OneWheel : ils sont aussi profs de surf et de paddle. Des gars du bassin d’Arcachon, qui ont trouvé dans ce skate électrique à une roue de nouvelles sensations de glisse.

Lorsque l’eau se fait trop froide en hiver, le Onewheel peut être une bonne alternative. Et là où c’est intéressant, c’est que si le skateboard est très urbain et adapté aux skate parks, le Onewheel fonctionne très bien en forêt, sur la plage, sur la piste cyclable.

C’est un nouveau sport de glisse, accessible au plus grand nombre, avec la nature comme terrain de jeu.
(Note : si vous avez déjà fait un tour en hoverboard, vous savez à quel point les trottoirs sont difficiles à gérer. Là, en Onewheel, ça se passe beaucoup mieux, les roues sont plus résistantes et plus larges.)

Le déroulement des sessions avec RideOn Experience est très simple : une fois le casque obligatoire sur la tête, on cherche le pied d’appui. Goofy, regular, toujours la même question, et toujours la même hésitation pour moi ! (même si je finis invariablement avec la jambe gauche derrière).

Consignes de sécurité oblige, les formateurs RideOn Experience vous expliqueront comment descendre du OneWheel doucement ou en vous éjectant en un bond !

Mon expérience en OneWheel au Cap Ferret : verdict !

Les cuisses un peu lourdes après 35 minutes de vélo, mon échauffement pour venir jusqu’au OneWheel Experience Center, j’étais déjà prêt à monter sur mon skate à une roue !

one-wheel-skate-electrique

Non, pas ça !

J’ai trouvé l’expérience assez intuitive. En gros, si vous n’avez pas de problème de coordination en général, ça devrait rouler pour vous aussi.

Sur le plat, sur la route, c’est venu tout seul. Je dois admettre que j’ai bien plus galéré sur les sentiers, entre les racines et les pignes de pin.

J’ai trop regardé mes pieds, je ne prenais pas assez de vitesse, et sans vitesse, on ne peut pas avancer. La différence de surfaces joue vraiment beaucoup sur la perception de la vitesse : j’avais vraiment l’impression d’aller plus vite sur la route, sur le plat.

Plus à l’aise, je me suis même permis de filmer mon moniteur de OneWheel sur Snapchat ! (Suivez mes aventures sans filtre ici : SOCIALSELIM sur Snapchat)

Mais parce que RideOn Experience avait pensé à tout, ils m’ont même envoyé quelques photos et le film de ma session de glisse dans la forêt de Claouey !

Test Onewheel Claouey

Test-onewheel-forêt

Onewheel-skate-electrique-une-roue

Test-Onewheel-capferret

Onewheel-balade-forêt-claouey

Expérience-onewheel-claouey

OneWheel Claouey : les coordonnées !

A découvrir cet été partout sur le bassin d’Arcachon !

Ride On Experience :

Ride On Shop
2 ter avenue des chênes
33950 Lège Cap Ferret

La page Facebook
Le compte Instagram

Sélim, rider – tester

One comment on “Test : J’ai glissé en Onewheel à Claouey, au Cap Ferret, chez Ride On Experience !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *