sport-pour-homme

Quel sport faire quand on est un homme ?

Une connaissance vient de me poser la question récemment. Il n’a jamais fait de sport de sa vie. Il est un peu empâté, pas vraiment le profil sportif.

Mais à cause du confinement, son IMC a carrément explosé et son docteur l’a mis en garde : « Monsieur, je vous recommande vraiment la pratique d’un sport, sinon vous allez droit dans le mur. »

(Je vous fais la version politiquement correcte, mais il m’a dit que son médecin l’avait secoué un peu plus que ça.)

Pour moi, la question ne s’est pas vraiment posée : je voulais faire du foot comme Jean-Pierre Papin, point. Dans tous les cas, le sport que vous choisissez dit quelque chose de vous.

Je passe en revue les sports pour hommes les plus évidents, les plus connus.

1/ les sports collectifs les plus populaires pour les hommes.

On est deux fois champions du monde de football. En France, on joue au foot pour le collectif, pour le fun, et parfois pour la performance.

Si vous démarrez le sport tardivement (après 30 ans), faites évidemment un check-up chez votre docteur.
Puis choisissez entre le foot, le basket, le handball, le volleyball ou le rugby.

En commençant le sport à un âge avancé, vos chances d’obtenir le Ballon d’Or s’amenuisent, mais on ne sait jamais… Et puis, entre nous, décerner un prix individuel pour un sport collectif, est-ce que ça a vraiment un sens ?

Pour vous chauffer un peu, découvrez ces 23 citations motivantes de Michael Jordan !

2/ Les sports « locaux » (ski, snow, surf, rando)

Quand j’habitais à Paris, j’aurais immédiatement dit à mon ami de se mettre à la natation ou au running. Je lui aurais peut-être conseillé aussi de s’inscrire dans une salle de sport.

Alors que quand on habite en province, on peut faire des sports un peu plus locaux.

Les habitants des montagnes peuvent faire du ski, du snow, ceux qui habitent dans des collines du VTT ou de la randonnée, et ceux qui habitent vers la mer ou l’océan se tourneront plus facilement vers les sports d’eau comme le surf, le bodyboard, le kayak ou la voile.

3/ Les sports d’élite : un entre-soi musclé ?

Tous les sports ne se valent pas. Certains sont universels, comme le football, le premier d’entre tous.

Les règles les plus simples, l’équipement le moins cher, des cités phocéennes jusqu’aux favelas brésiliennes : le football touche tout le monde.

A l’inverse, certains sports sont réservés à une élite. Pour des raisons d’argent, tout simplement. Ce sont des sports distingués, où on se mélange moins avec la masse, on va dire.

Je pense notamment à l’équitation, à l’escrime, au tennis, à la voile, au golf, au polo.

Les équipements coûtent plus cher, la réputation est plus noble.

4/ Les sports à objectifs chiffrés : la musculation, la course.

Si vous voulez vous imposer des objectifs chiffrés, si vous aimez bien mesurer vos progrès et être seul, vous aimerez la natation, la musculation ou la course à pied.

La course à pied qui fait partie des sports les plus simples pour démarrer : un short, des baskets, et c’est parti.

Puis vous améliorerez votre temps, seconde après seconde. Et vous commencerez à vous fixer des objectifs. Quand on démarre et qu’on y prend goût, il est dur de s’arrêter !

N’oubliez pas de relire cet article sur les meilleures citations motivation des champions !

5/ Les sports de combat

Sports masculins par excellence, les sports de combat ne sont pas faits pour tout le monde. Il faut aimer suer, être prêt à prendre des coups, et accepter un gros niveau de discipline.

Après, que vous optiez pour la boxe anglaise, thaï, les arts martiaux comme le judo, le karaté, le kendo, le jiu-jitsu brésilien, la lutte ou le MMA, ça vous regarde.

Dans tous les cas, je vous invite à lire des biographies de champions, c’est toujours très inspirant !

C’est le moment de redonner la parole à cet homme qui découvre le sport et me dit : « Je pensais plutôt à de la danse pour commencer ! »

Quelle excellente idée.

La danse, ça a été le hip-hop, le break dance pour moi quand j’étais jeune (heureusement, aucune vidéo ne circule sur le web, aucune preuve n’est disponible).

Mon ami se voyait plutôt démarrer avec des danses de couple comme la salsa, la bachata…

C’est là que je me suis souvenu de Billy Elliott. Et de cette distinction idiote entre sport d’homme et sport de femme.

Si vous n’avez jamais vu Billy Elliott, l’histoire de ce jeune gamin qui voulait faire de la danse classique, regardez ce film !

Récemment, c’est un autre danseur étoile qui a brillé, sur scène certes, mais pas vraiment « à sa place ».

François Alu, Premier danseur du ballet de l’Opéra de Paris, est monté sur les planches pour un seul sur scène où il alternait danse et humour. (Son spectacle s’appelle « Complètement jetés ! »)

C’est vrai qu’on n’a pas l’habitude de voir des tenues de danse classique pour hommes.

Mais c’est génial la danse, le contact, le rapport à la sensualité…

Et quand on voit la musculature des danseurs classiques, on se dit qu’ils n’ont rien à envier aux boxeurs ou aux footballeurs.

Bref, à la fin de la conversation avec mon ami, il n’était pas plus avancé…

Mais il a refusé de venir courir avec moi. Il faisait « trop froid »…

Sport masculin, sport féminin…

La distinction n’a plus vraiment lieu d’être, surtout quand on voit des championnes comme Serena Williams au tennis, Estelle Mossely en boxe ou les performances de L’OL au foot féminin !

Je souhaite à mon ami de trouver rapidement son bonheur, et surtout, de ne se fermer aucune porte.
Et vous, c’est quoi votre sport ? Celui qui vous fait du bien et vous fait vibrer ?

Sélim, entre foot, course à pied et paddle !

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des pages de vente, des campagnes de pub aussi : je suis Sélim Niederhoffer, copywriter et coach en copywriting. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne, pour forbes.fr, glassdoor.fr, les-mots-magiques.com, et j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi. Mon dernier livre, Le Guide du Copywriting, est paru aux Editions Eyrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *