casquette à l'envers

L’énigme de la casquette bleue

L’autre soir, ma femme me regarde bizarrement : « Mais tu fais quoi sur un site de casquettes ? »
Pour la blague, je lui dis que c’est pour son anniversaire, que je suis en train de préparer des casquettes customisées pour elle et tous ses invités.

La vérité ? J’ai un problème avec les casquettes, comme certains ont un problème avec la bouffe. Cet article est dédié à mes casquettes préférées.

Avec mes casquettes, on entretient un peu la même relation qu’avec mes parapluies.

Je les aime. Je les use. Et je les perds.

C’est vraiment scandaleux quand je fais le calcul. Et je les rachète.

Quand j’enfile ma casquette, tout à coup, c’est les Etats-Unis. C’est les vacances.

Je travaille très rarement avec une casquette sur la tête, je ne suis pas Steven Spielberg.

En le revoyant, je repense à cette sublime casquette jaune moutarde, perdue à Rome dans le taxi.

Nous étions en retard parce que « quelqu’un dans ma vie » aime jouer avec le feu au niveau du timing.

Elle aime arriver à la dernière minute pour les voyages, alors que j’aime bien prendre mon temps à l’aéroport, quitte à lire 30 minutes sur place plutôt que d’être bloqué dans les embouteillages.

Je l’ai donc gardée une journée sur la tête avant de la perdre. C’est mon record absolu.

La casquette conceptuelle : New York écrit à l’envers.

casquette à l'envers

Elle était sympa celle-ci, je crois que je l’avais achetée à New York. Les lettres étaient inversées, donc on pouvait parfaitement lire New York dans le miroir.

Un peu comme le mot AMBULANCE écrit à l’envers sur les ambulances, pour être lu par l’automobiliste de devant.

Partie trop vite, perdue en soirée…

La casquette qui dit ton quartier : Mitte !

casquette bleue Berlin

A Paris, on peut trouver une collection de casquettes noires 75009, 75008. Tous les codes postaux, par arrondissement. Un très bon moyen de se repérer à l’étranger, ou hors du périph’.

Lors de mon dernier voyage à Berlin, j’avais opté pour une casquette bleue Mitte, le quartier du centre-ville.

Loin des couleurs blanches, rouges et noires traditionnelles de la ville.

J’aimais bien ce bleu, qui me rappelait le bleu des LA Dodgers.

Casquette que j’ai aussi portée il y a fort longtemps…

casquette la dodgers

La casquette aux sticker repositionnables

casquette personnalisable

J’aimais bien cette casquette aussi, très pratique. C’est la casquette personnalisée en fonction de l’humeur.

On pouvait changer les stickers qu’il y avait dessus. Là, lors de la parade d’Halloween à New York en 2017, j’avais mis le pouce bleu de Facebook (il est tout petit et ne se voit presque pas).

La casquette reine, la classique des classiques NY

La classique NY des New York Yankees. Vue partout, tout le temps, elle symbolise New York autant que la statue de la Liberté.

Encore aujourd’hui, je repense avec émotion à cette superbe pub Nike pour le départ à la retraite du #2, le Capitaine, Derek Jeter. Tout le monde lui « tire son chapeau », de Spike Lee à Jay Z en passant par l’ancien maire Rudolph Giuliani.

Elle est la casquette inoubliable, culte, collector.

Qui restera dans l’Histoire bien plus que celle, récente, que Kanye portait pour soutenir Donald Trump !
casquette Maga Kanye West

La casquette qui disait mon métier : perdue aussi !

casquette internet

Porter des badges autour du cou, c’est has been. A l’époque, je suivais Patrick Bruel sur sa tournée, et j’avais trouvé cette astuce pour passer partout.

« Qui êtes-vous ? » me demandaient les responsables de la sécurité ? Je suis INTERNET ! ça les faisait marrer, je leur expliquais que j’étais le community manager, et ensuite c’était bien plus simple.

Est-ce que désormais, je porterais une casquette copywriter ? Pas sûr. Je suis de retour vers une approche plus minimaliste, avec moins de texte.

Une casquette bleue, avec rien d’autre.

Mais depuis quelque temps, je réfléchis à faire personnaliser des casquettes pour ma communauté de copywriters.

Est-ce que c’est mieux qu’un mug, qu’un stylo ? Je le pense. Je pense qu’une casquette procure plus d’émotions, parce qu’on la porte dehors. On prend des photos avec. On crée des souvenirs.

Donc je suis en train de réfléchir à faire personnaliser des casquettes.

J’ai trouvé un site qui fait de l’impression sur casquette, ça a l’air plutôt bien fait.

Est-ce que vous l’avez déjà fait ? Est-ce que vous avez déjà fait broder des casquettes avec le logo de votre entreprise ?

La dernière fois que j’ai fait broder une casquette, c’était dans la boutique New Era de Times Square.

Là, c’est un peu loin, donc je pense que je vais passer par ce site de casquettes personnalisées !

Maintenant, la vraie question, c’est : est-ce que je fais broder une phrase de motivation, un seul mot, ou un logo ? Ou encore mieux : le prénom des abonnés à ma newsletter ?

Vous aimeriez recevoir quel type de casquette si on vous en offrait une ?

Sélim, auteur fan de mode des pieds à la tête

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des pages de vente, des campagnes de pub aussi : je suis Sélim Niederhoffer, copywriter et coach en copywriting. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne, pour forbes.fr, glassdoor.fr, les-mots-magiques.com, et j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi. Mon dernier livre, Le Guide du Copywriting, est paru aux Editions Eyrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *