Sélim Niederhoffer et Benny B

La playlist des vacances à Cuba

Des vacances sans musique, ce ne sont pas des vacances. Vous êtes tous d’accord ? On rentre tous avec un “tube” qui nous rappellera toute notre vie cette parenthèse enchantée.

Piège à filles à Cuba
La chemise saumon de Ross

Nos oreilles sont comme notre carbone 14, capables de relier un son à un évènement. Un peu comme Proust et sa madeleine. Les sujets liés à la mémoire me fascinent en ce moment, j’ai l’impression de tout oublier, de devenir débile (pas forcément une impression).

Alors pour ne rien oublier de l’ambiance musicale de ce trop court séjour à Cuba, j’ai décidé de tout poster ici. Vous vous attendez à de la salsa ? ERREUR… Monumentale !A Cuba, la musique était partout, dans la rue, dans les bars, dans les boîtes. De la salsa, des petits rythmes locaux, des orchestres du cru qui reprenaient ce qu’on voulait. Musique à la demande. Marketing personnalisé, dans la limite des titres disponibles.

L’orchestre en chemise saumon jouait à l’hôtel Nacional, un vrai plaisir auditif.

Titre 1 : Chan chan, de l’emblématique Buena Vista Social Club. Je vous mets le lien ici, l’intégration est impossible, et le clip vaut le coup d’oeil si vous ne l’avez jamais vu. Pour un réveil en douceur le dimanche matin, ou avec un mojito en terrasse, à vous de choisir.

http://www.youtube.com/watch?v=rjnjS9efeMQ

Ambiance 2 : Cuba a les oreilles grand’ ouvertes

Mais sur de la merde. L’album entier de Justin Bieber. Il nous a fait subir l’album ENTIER ! Pourquoi ? Pourquoi nous as-tu fait ça Saul ?

Saul, c’était notre jeune chauffeur entre La Havane et Vinales. Il jouait au foot, conduisait sa Chevrolet comme un pro et aimait Justin Bieber. Un mystère…

Justin Bieber est le vrai Piège à filles
Le Piège à filles canadien

Sur un autre trajet, il nous a gratifiés de l’intégrale de Pitbull. Non, pas la marque de chiens. Le chanteur blanc latino chauve né à Miami, d’origine cubaine comme le précise son site officiel, pro du featuring avec J.lo, Chris Brown, Usher, et un remix de Michel Telo. L’autre découverte odieuse de ce calvaire musical.

Ambiance 3 : Michel Telo. Ai se eu te pego.

Une ambiance à lui tout seul.Là je débarque, j’avoue mon retard de buzz. Old me if you can. Je suis passé complètement à côté de ce buzz mondial, j’ai presque honte.

Mais ça te rentre dans la tête, surtout quand tes compagnons de voyage la chantent une fois par heure. Je ne vous dis pas merci les potes… Et quand je découvre la liste des sportifs ayant contribué à la notoriété de ce truc, je pleure…

Insupportable. Le coup de grâce ? Porté par le chauffeur qui nous a ramené à l’aéroport. Le type lâchait le volant pour faire la chorégraphie de Ai se eu te pego.

Ambiance 4 : We are the 90’s

“What is love ?” de Haddaway.
“It’s a beautiful life” d’Ace of Base.
“Blue” de Eiffel 65.
Et l’incroyable “Freed from desire” de Gala. “My love has got no money, il fait du trampoline”.

C’était Dance Machine dans les taxis. Si je termine par cette impression de sons des années 90, c’est parce que le trajet retour a permis de valider définitivement cette décennie.

Avant de rentrer à Paris en passant par Bruxelles, nous restâmes bloqués une nuit à Cancun à cause d’un problème moteur.
5 heures dans l’avion, bloqués, où l’on ne nous a donné qu’un cookie en guise de nourriture. Jet Air, je ne vous aime pas.
Le commandant de bord décide de ne pas voler, et nous voici pour la nuit à Cancun.

Le lendemain, par sécurité, pour ne pas reproduire l’épisode du cookie, on se dit : “Viens, on va aller s’empiffrer du plus gros burger possible.”
Deux types sympa, du même vol que nous, nous expliquent qu’on a largement le temps de manger nos burgers avant l’avion, alors que tous les passagers s’engouffrent déjà dans le couloir…

Alors que tout le monde dort, trois heures après, je pars à l’arrière de l’appareil, pour discuter avec les hôtesses chercher à boire.

Et comme le destin fait bien les choses, je retrouve ce mec sympa et je discute avec lui pendant 4 heures.

Filles, séduction, personal branding, comment on gère la célébrité, Orelsan, NTM, 1995, le début du rap en France…

Vous le connaissez si vous êtes nés dans les 70’s ou 80’s. Le premier rappeur francophone.

Sélim Niederhoffer et Benny B
Benny B feat Le piège à filles

Benny B me confirmera ce que je savais depuis longtemps “Mais Gala elle est boooooonne !”

Grâce à lui j’ai passé une nuit blanche de qualité.
On a fait les fous. Oh oui !

Bonne semaine à tous !

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des pages de vente, des campagnes de pub aussi : je suis Sélim Niederhoffer, copywriter et coach en copywriting. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne, pour forbes.fr, glassdoor.fr, les-mots-magiques.com, et j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi. Mon dernier livre, Le Guide du Copywriting, est paru aux Editions Eyrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *