NEXT

J’ai testé pour vous : Next Made In France !

En ces temps-là, j’avais encore 25 ans. J’étais naïf, mais curieux. Je voulais voir les coulisses de la télé sans acheter Entrevue. Alors j’ai décidé de participer à une des émissions les plus intelligentes du PAF…

NEXT
Le piège à filles VS Next

J’avais un vrai travail en sortant de Grenoble Ecole de Management, bien sûr, mais il touchait à sa fin. J’étais libre toute la journée, je n’avais qu’à répondre quand mes chefs m’appelaient pour leur dire « rappelez-moi quand vous voulez, je suis disponible pour vous ».

A l’époque, j’achetais des vis et des boulons pour l’industrie médicale. Je venais de terminer ma mission pour Valeo et Jaguar dans l’automobile, j’étais triste, il me fallait de nouvelles sensations fortes.

NEXT! allait me procurer du rire pour les mois à venir…

Rendez-vous au McDo porte de Clignancourt à 8 heures du mat’ avec tous les candidats pour partir vers la base nautique de Cergy. Avril 2009, il fait un temps pourri, allons nous amuser pour Virgin17 (c’était le nom de Direct Star à l’époque).

Sur place le casteur nous reçoit, il est gentil comme tout. Encore aujourd’hui, c’est un bon garçon que j’aime bien, même si casteur = associé du diable. Ce métier consistant à repérer des jeunes prêts à tout pour passer à la télé les mènera en enfer !

On comprend immédiatement qu’on ne sera pas le mec qui choisit les filles, mais que la fille va choisir les mecs. Déjà, c’est moins drôle, mais ce sera une bonne manière de voir ce qui se passe dans le bus, de voir comment la production tire les ficelles.

Comment remplir mon profil ? Je n’allais pas faire un truc sérieux, j’étais en pleine préparation du site le Piège à filles, à l’époque j’avais encore un travail officiel et sérieux, avant de devenir coach en séduction et love coach pour Playboy France !

Je ne voulais pas qu’on me retrouve au bureau, donc je n’ai pas donné mon intitulé de poste exact.

« Blogueur »… Comme si c’était un métier… A l’époque pour moi, c’était plutôt un hobby.

Sachez que toutes les phrases de présentation des candidats sont préparées par la prod’. Il faut que ça claque. Jamais de la vie je n’aurais fait des jeux de mots aussi nazes sur posts et postérieur… M’enfin…

Séquence de présentation

On doit donner trois phrases qui avaient été mûrement réfléchies par les candidats, avec l’aval de la prod. Il faut que ce soit drôle ou outrageous.

Je choisis donc “Il mange des bretzels après l’amour”.

C’est faux, tout le monde le sait : je m’endors.

Ensuite, idée saugrenue : “rêve d’être le sosie d’Eddie Mitchell”. Non mais sérieusement…

Le sosie officiel d’Eddie Mitchell, ça reste mon rêve, mais j’ai du boulot.

Quant aux sous-vêtements, le Slip Français, Calvin Klein et les autres peuvent témoigner, je contribue à leur chiffre d’affaires. On est bien face à du divertissement, rien de bien réel.

Séquence de Next avec la candidate

Je n’avais pas envie de lui faire de bisou, elle n’était pas vraiment belle// vraiment pas belle… Mais bon, c’est le jeu, soit… le casque de pompier pour monter sur le quad, séquence hilarante en vrai…

Le coffre était fermé, on a trop galéré. Et après, j’avais l’air d’un guignol, on a ri, elle m’a nexté, fin de l’histoire. Retour dans le bus, avec ces 2€ jamais payés par la prod’.

J’attends toujours mon chèque les gars… Mais là où ça devient intéressant Next, c’est vraiment la séquence dans le bus.

Séquences dans le bus

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’enregistrement dure à peu près trois heures. Trois heures pendant lesquelles les mecs dans le bus doivent parler pour créer les 6 minutes qui seront retenues.

Regardez la durée du programme : 12 minutes. 6 minutes indoor dans le bus, 6 minutes en extérieur.
Vous pensez que les gars dans le bus ont envie de se parler ? Pas du tout… Du coup, c’est la production qui pose des questions à tout va pour alimenter la conversation.

J’ai fait craquer la gentille dame de la prod qui posait les questions parce que je ne répondais à rien. Jamais. En fait, j’ai orienté la conversation pendant trois heures, j’ai distribué la parole mais je ne répondais jamais.

Du coup elle a crié, en demandant aux autres de me pousser un peu plus, d’essayer d’obtenir des informations. Elle voulait absolument que je réponde à la question « Avec combien de partenaires sexuelles avez-vous couché ? ».

J’ai joué avec elle, avec eux. « 15 filles ? Mais c’est énorme ! ». Je me suis extasié devant les 35 d’Eduardo. Officiellement, je suis toujours vierge pour eux. C’était drôle de les rendre fou, de se rendre compte qu’un seul élément peut tout détraquer.

Droit à l’oubli et personal branding

En tournant Next, je savais que je quittais progressivement le monde industriel des diplômés des grandes écoles, costumé cravaté pour me tourner vers un domaine qui me tenait à cœur, aider les hommes à séduire.

Que cette vidéo refasse surface aujourd’hui ne me pose pas trop de problème dans la mesure où mes motivations étaient claires, et où le résultat n’est pas trop accablant pour moi.

(La vidéo a refait surface en janvier 2017 grâce à Malaise TV et est désormais reprise par plein de groupes putaclics sur Facebook : pas bien grave non plus !)

Mais je pense aux jeunes qui ne savent pas dans quoi ils se lancent. Je pense à leur image, à leur carrière, aux problèmes qu’ils pourraient avoir lors d’un recrutement.

Rien n’est plus important que le contrôle de votre image, ne la confiez jamais à personne d’autre que vous-même.

Signé Sélim, aka « faites ce que je dis, pas ce que je fais » !

One comment on “J’ai testé pour vous : Next Made In France !”

  1. Je crois que tu n’auras pas raté grand chose pour cette fille, niveau conversation, elle se limite niveau Secret Story (aucun rapport avec toi, hein?!).
    Tu as bien changé physiquement aussi, tu fais bien plus mur et moins gamin. On reconnait quand même ton style pour parler. J’ai adoré ta question à 8:00, tu les fais vriller.
    C’est moi ou tu te prends un vent par Malik à 2:55 ? Il n’est pas cool !

    Belle expérience quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *