livre accepté

Il a dit “oui” !

Dans un article précédent, je vous révélais comment j’avais contacté un éditeur pour proposer un livre sur le copywriting.

Suspense de courte durée : il a dit oui !

Dans cet article, je vous raconte le planning d’écriture du Guide du Copywriting, disponible le 25 mars 2021.

“Comment séduire un éditeur ?” j’aurais pu écrire cet article pour artdeseduire.com mais ce serait beaucoup trop niche…

Dans le mail que j’ai envoyé à tous les éditeurs, je leur proposais qu’on en discute au téléphone, pour préciser le propos.

J’ai ainsi passé deux fois 45 minutes avec deux éditeurs, très chouettes tous les deux.

Pour des raisons de prestige et de proposition financière, le Guide du Copywriting est publié par Eyrolles, une institution dans le monde de l’édition business.

Les différentes étapes de validation d’un livre

D’abord, j’ai envoyé le mail avec la proposition de projet.

Comme je l’expliquais précédemment :

  1. je présentais ma vie, mon oeuvre
  2. je détaillais les raisons pour lesquelles je croyais au projet
  3. je précisais les grandes parties du plan du livre, sa structure

Après avoir reçu tout ça, l’éditeur soumet le projet à un comité d’édition. En tant qu’auteur, nous ne sommes pas invités à participer à ces comités qui tranchent en faveur ou en défaveur d’un livre plutôt qu’un autre.

Roulement de tambours rapide : le livre obtient le feu vert.

Les premiers chapitres : quand l’éditeur recadre l’auteur

En tant qu’auteur, on a toujours une idée de ce qu’on veut écrire.

Mais l’éditeur ne l’entend pas toujours de cette oreille.

Aussi, pour éviter de longues corrections et une phase de réécriture pénible pour tout le monde, il vaut mieux définir rapidement le ton du livre en rédigeant quelques chapitres test.

Le premier chapitre test a bien été reçu… mais le deuxième m’a donné du fil à retordre. Idem pour le troisième.

Les “reproches” principaux de mon éditeur sur ces premiers chapitres tests ? (il s’agissait plus de suggestions que de reproches, vous l’aurez compris)

  1. Une écriture trop web, trop conversationnelle (well, c’est le principe même du copywriting…)
  2. Un livre trop aéré (un livre fonctionne par paragraphe, un article de blog, par phrases).
  3. Enfin, mon éditeur m’a suggéré de retirer le gras que j’avais mis pour faire ressortir les idées principales.

Bref, c’est comme si on essayait de faire rentrer un carré dans un rond : soit on force, on insiste, et il ne se passe rien de bon, soit le carré s’adapte.

J’ai donc dû réfléchir encore plus que d’habitude, retravailler mes phrases pour qu’elles soient plus académiques, on va dire.

Verdict ? C’était un bel exercice de style, et j’ai adoré souffrir sur mon clavier pour écrire Le Guide du Copywriting.

Timing de l’écriture du Guide du copywriting

Bonjour, je m’appelle Sélim et je suis optimiste.

J’étais persuadé de pouvoir terminer l’écriture du livre AVANT la naissance de ma fille, pour début juin 2020.

AHAH. C’était sans compter sur les confinements… et l’arrivée de nouveaux clients que je n’avais pas anticipée.

J’ai dû passer plus de temps avec eux, et repousser, repousser, repousser encore l’écriture du livre pour Eyrolles.

Au lieu de livrer les 50 chapitres début août 2020… j’ai rendu ma copie le 30 septembre.

Une fois cette version 1 (V1) rendue, l’éditeur la lit, son assistante aussi probablement, mes amis la lisent et le mail redouté arrive : les corrections, la réécriture.

J’avais vraiment souffert avec mon premier livre, Barbe #Monsieur. Beaucoup trop de réécriture. Perte de temps extrême.

Heureusement, les réécritures demandées sont minimes.

Quelques questions sur la pertinence d’une citation de Booba par ci.

Quelques réécritures par là.

Ce qui a vraiment pris du temps ? Obtenir les autorisations d’utilisation de visuels de certaines marques.

J’ai inclus des exemples visuels pour rendre les leçons de copywriting plus concrètes.

Maintenant, il me fallait contacter les marques, et leur faire signer ces autorisations.

Ca a été un parcours du combattant. Et certains exemples hollywoodiens sont malheureusement tombés à l’eau en cours de route, c’est le jeu.

Viennent alors les V2, V3 et V4, avant la signature du BAT, le bon à tirer. En gros : le feu vert pour que le livre soit imprimé !

Et la couverture dans tout ça ?

Le design de la couverture du Guide du copywriting est une étape à part entière, que je vous raconte dans cet article dédié !

Découvrez le Guide du copywriting !

Sélim, heureux de voir son troisième livre sortir !

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des films, des campagnes de pub aussi. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne (forbes.fr, glassdoor.fr, artdeseduire.com, les-mots-magiques.com), mais j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *