Hotel Majestic Cannes

L’Hôtel Majestic à Cannes : l’incontournable de la Riviera

L’effervescence. Voilà le mot qui résumera le mieux ce séjour à l’Hôtel Barrière Le Majestic Cannes.

Ne vous y prenez pas à la dernière minute pour réserver votre séjour au Majestic : cet hôtel du groupe Barrière fait partie de ceux qui ont écrit la légende de Cannes, et de Brad Pitt à Tahar Rahim, tous les plus grands ont défilé dans son lobby et séjourné au Majestic.

Après le superbe séjour au Barrière Deauville pour le festival du film américain où j’avais pu interviewer la légende John Grisham, après la nuit la plus courte au monde sur les Champs Elysées, au Fouquet’s, je suis heureux de partager avec vous mon incroyable séjour au Majestic à Cannes.

 

Cannes, 16 juillet 2021, Hôtel Majestic

Le timing sera ultra-serré. Des urgences m’empêchent de rester tout le week-end à Cannes et de participer à la clôture du 74ème festival avec mes amis artistes (acteurs, réalisateurs, ils sont tous là pour célébrer la vie, la réouverture des cinémas, le retour du FIF à Cannes).

Pas d’avion, pas de train : je vis désormais dans la Drôme et je décide d’opter pour un road trip (je m’occupe de la playlist à l’aller, madame aura la main sur le son au retour). Direction la Croisette, j’entre l’adresse du Majestic Cannes et c’est parti pour 3 heures et 30 minutes de musiques de film.

Le matin, la Croisette est ouverte à la circulation, nous avons très bien roulé et arrivons entre les voitures officielles du Festival de Cannes, les bolides survitaminés et les voitures de collection des résidents du Majestic.

Dans le lobby cette année, moins de monde, moins de journalistes, mais les acteurs, les réalisateurs, les producteurs sont là.

Le jury du 74ème Festival, présidé par Spike Lee, est hébergé au Majestic (et j’ai eu la chance de me promener et de voir, outre ma chambre au premier étage, une chambre du 3ème étage, et une suite au 7ème étage).

Invité à la dernière minute pour soutenir une amie qui présentait son film, ce séjour s’est passé à merveille, notamment grâce au soutien sans faille des équipes du Majestic.

Fun fact (fun pour nous, pas pour eux) : nous avons débarqué en plein milieu d’une panne informatique. Isabelle, à la réception, a pourtant tout géré d’une main de maître, « comme on le faisait avant ».

Fun fact 2 : à l’heure du départ le lendemain, tout le monde n’a d’yeux que pour les acteurs, pendant que je remercie le grand patron, Dominique Desseigne, assis dans le lobby.

L’excellence du service à la Française demande une implication de chaque instant.

 

L’histoire de l’Hôtel Majestic sur la Croisette

Hotel Barrière Majestic Cannes

L’hôtel Majestic est un hôtel de style art déco construit en 1926 à partir de l’hôtel Beau Rivage et de deux villas voisines.

Dès son ouverture, le Majestic offrait des services « d’un luxe sans pareil » comme le titrait un journal cannois : il comptait alors 7 étages, 250 chambres avec chacune sa salle de bains, ainsi qu’un restaurant pouvant accueillir 300 personnes.

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, l’hôtel ferme ses portes et sert d’abri pour les Mentonnais évacués en juin 1940, puis sera transformé en hôpital militaire en 1945.

Désaffecté à la fin de la Guerre, il est racheté en 1953 par François André, le fondateur du groupe hôtelier Barrière, avant de devenir la propriété de son neveu Lucien Barrière en 1963.

D’importants travaux d’agrandissement seront ensuite réalisés entre 1965 et 2008, afin de proposer sans cesse de nouvelles chambres et de nouveaux services aux clients.

Situé sur la Croisette à Cannes, face au Palais des Festivals, le Majestic est devenu l’un des pieds à terre officiels du gratin du cinéma international lors du Festival de Cannes. Reconnu pour son calme (je vous en reparle après) et sa discrétion, l’hôtel offre en effet un espace privé et hors du temps aux acteurs et réalisateurs lors de leur séjour à Cannes.

Difficile de trouver des photos des célébrités qui y font escale, mais Gérard Depardieu, Catherine Deneuve ou encore Robert de Niro y ont leurs habitudes.

Une nuit ne suffit pas (ceci n’est pas le titre du prochain James Bond)

Profiter de toutes les installations du Majestic en une journée ? Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme…

Qui pourrait en une journée à Cannes profiter de la plage, du ponton, du spa, et des activités proposées par le Majestic ?

Déguster la gastronomie cannoise au Paradiso Nicole et Pierre

Restaurant Majestic Paradiso Nicole et Pierre

Ce restaurant est l’atout méditerranéen du Majestic. Sur leur grande terrasse de trois niveaux designée par l’agence italienne Vudafieri-Saverino Partners, les chefs Nicole Rubi et Pierre Gagnaire y proposent une carte inspirée des spécialités culinaires méditerranéennes, niçoises et italiennes.

Les deux amis réinventent les recettes traditionnelles, dans des assiettes fraiches et gourmandes aux produits de saison.

Des musiciens et un DJ jouent accompagnent vos repas, pour une ambiance conviviale.

S’attabler au Fouquet’s, l’esprit parisien en plein cœur de Cannes

Fouquets Majestic

Il y a vingt ans, la brasserie mythique des Champs-Elysées s’est installée à l’hôtel Majestic de Cannes. Ici aussi, le restaurant est le rendez-vous incontournable des épicuriens en quête d’une adresse bistronomique.

La carte du restaurant se veut ici traditionnelle et fait la part belle aux grands classiques des bistrots parisiens tels que le tartate de bœuf ou la sole meunière.

 

Se détendre au restaurant Mademoiselle Gray sur la Plage Barrière

Mademoiselle Gray cannes

Situé sur la plage privée de l’hôtel Masjestic, le restaurant Mademoiselle Gray se distingue par son côté bohème. Décoré de bois et de fleurs, il est le décors parfait pour regarder le coucher de soleil et rêver à la lueur des étoiles.

La carte propose des plats aux couleurs du Liban tandis que le bar invite à déguster des cocktails inédits, accompagnés de tapas et mezzés traditionnels.

 

Se laisser porter par les inspirations de Mauro Colagreco

BFire Cannes Plage Barrière

De l’autre côté de la Plage Barrière du Majestic se trouve le BFire : B comme « Barrière » et Fire pour rappeler la signature du chef argentin Mauro Colagreco. Né en Argentine de parents italiens, sa carte reflète cette double culture.

Les plats sont à partager ou servis individuellement et la carte évolue au cours de l’année pour suivre le rythme des saisons. Vous pourrez les déguster directement sur la plage ou bien dans l’espace restaurant situé sur le ponton, pour un dîner les pieds dans l’eau.

Mon avis : un plaisir de déjeuner en plein air. Service impeccable, aucun jugement sur ma schizophrénie burger et jus détox !

 

Mon avis sur la chambre du Majestic Cannes

Bien qu’invité par le groupe Barrière, il est toujours important pour moi d’être honnête dans mes retours.

Vous savez à quel point mon souci premier, c’est le bruit. J’avais peur d’être dérangé par les voitures de la Croisette et la vie nocturne inhérente au Festival de Cannes : rien du tout ! Aucun souci.

J’ai tellement bien dormi dans le lit du Majestic que ma femme a immédiatement cherché les références du lit, du matelas, du surmatelas etc…

Pour la montée des marches, encore une fois les équipes du Majestic avaient pensé à tout : parfois, en chambre, on est obligé de demander le kit de rasage quand on a oublié son rasoir.

On est obligé de demander le fer à repasser ou une planche à repasser quand on se rend compte à la dernière minute que notre chemise a un faux pli.

Ici, rien de tel. Tout est déjà prêt, prêt à l’emploi. Tout est pensé pour le confort du client.

Encore un grand merci au Majestic et à C’est pas de la com, et merci à notre amie qui nous a permis de monter les marches pour aller voir les Intranquilles (on reparlera de ce film sur la bipolarité, c’était bouleversant).

 

Sélim, encore ébloui par la qualité… et les paillettes !

 

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des pages de vente, des campagnes de pub aussi : je suis Sélim Niederhoffer, copywriter et coach en copywriting. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne, pour forbes.fr, glassdoor.fr, les-mots-magiques.com, et j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi. Mon dernier livre, Le Guide du Copywriting, est paru aux Editions Eyrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *