coach-rangement-paris

Coach En Rangement à Paris : Aurélie Capogna Fait le Tri ! (Interview)

Coach en rangement, ça existe ? Bien évidemment ! Et heureusement !

Après avoir rendu visite à un geek qui vivait avec son chat, ses jeux vidéos et ses figurines poussiéreuses, je me suis dit que je devais lui envoyer cette interview de la coach en rangement à Paris, Aurélie Capogna !

Formée par la papesse du rangement Marie Kondo, la coach en rangement Aurélie Capogna a accepté de répondre à mes questions les plus indiscrètes…

Coach en rangement, c’est un job à plein temps ! C’est ce que j’ai cru comprendre en regardant la série de Marie Kondo sur Netflix.

Vous êtes comme moi, vous êtes curieux. Vous avez peut-être lu “La Magie du Rangement” de Marie Kondo.

Mais concrètement, comment ça se passe quand quelqu’un vient vous aider à ranger ? Je me trouve plutôt bon et discipliné, mais j’ai un souci avec … les livres.

J’ai décidé de faire appel à une coach en rangement française pour m’approcher encore plus du Graal du minimalisme (la maison de Kim et Kanye, que vous avez pu découvrir dans l’interview des 73 questions de Vogue)

Interview d’une coach en rangement pas obsédée du sac poubelle

1/ Moi quand j’étais petit, je rêvais d’être pilote d’avion. Mes amies rêvaient d’être danseuse étoiles, infirmières… ou pilotes d’avion. Mais personne ne rêvait de devenir coach en rangement ! Pourquoi avez-vous choisi cette voie ?

Petite, je rêvais d’être avocate pour aider les autres, pour défendre des innocents qui pourraient être victimes d’injustices. Et je rêvais aussi, qu’un beau jour, je me découvrirais des pouvoirs magiques, comme dans les films.

Je réalise que j’ai finalement combiné mes 2 souhaits en devenant coach en rangement. J’aide des femmes à se sentir plus heureuses, plus sereines dans leur quotidien, grâce à la magie du rangement !

J’ai découvert ma vocation après 12 ans de marketing dans des grandes entreprises.

Je considérais que cette discipline avait pour but de comprendre les besoins et attentes d’un marché pour y répondre au mieux. C’est en partie vrai.

Mais ça ne me suffisait pas.

J’avais besoin d’être plus dans l’action, plus près des clients et de répondre à un besoin essentiel, directement lié à leur bonheur au quotidien (j’ai travaillé 5 ans pour un groupe de cosmétiques, le besoin y est plus superficiel).

2/ Comment est-ce qu’on devient coach en rangement ?

Je crois qu’il faut déjà avoir certaines prédispositions avant même de parler de formation de coach en rangement.

Il est indispensable d’avoir le sens du service, de savoir écouter, s’adapter, rester dans la bienveillance sans juger.

Il faut être un minimum philanthrope, s’intéresser aux autres et je dirai aussi au fonctionnement de l’être humain.

Je lis et fais des stages sur le développement personnel.

Je nourris mes sessions de rangement avec ces apprentissages.

Au-delà de conseiller ma cliente sur son rangement, je veux aussi l’aider à comprendre pourquoi elle est attachée à tel objet, pourquoi il lui est impossible de jeter tel autre, pourquoi elle a l’impression que le shopping lui fait du bien…

En plus de ces qualités humaines, il faut des compétences techniques.

Je me suis formée à la méthode KonMari, mise au point par Marie Kondo, la grande prêtresse du rangement.

J’ai choisi cette méthode car je suis convaincue par son efficacité et ses bienfaits, pour l’avoir expérimentée dans mon propre appartement.

3/ Est-ce que je vous avoue que j’ai tendance à l’accumulation pour les livres ? Est-ce que je dois vous appeler pour venir faire un coaching en rangement ?

Vous ne devez m’appeler que si vous ressentez que la situation est problématique.

Si vous vous sentez envahi par vos livres, si vous avez le sentiment de trop en avoir pour bien en profiter, de ne pas arriver à les retrouver, que ceux qui vous intéressent sont noyés par ceux devenus obsolètes…

Ensuite, j’aurais envie de vous aider à comprendre pourquoi cette accumulation.

Vous êtes auteur, vous vous sentez peut-être, inconsciemment, obligé d’avoir une bibliothèque fournie.

Comme une preuve sociale de votre métier ou une réassurance pour vous-même.

Parce que, après tout, une fois que vous avez retiré d’un livre ce que vous aviez à en apprendre, pourquoi le conserver ?

4/ Est-ce que c’est cher, de faire appel à une coach ? Quels sont les tarifs d’une coach en rangement ?

Je me souviens d’une fois où j’hésitais à acheter un objet car je le trouvais un peu cher.

Je demande son avis à mon père « S’il te fait plaisir et que tu estimes que ça vaut ce prix, prends-le ».

Je l’ai acheté, il me plaît toujours 9 ans après, et j’en ai oublié le prix.

Depuis, je me pose toujours cette question « Est-ce que le bénéfice ou plaisir que je vais retirer de ce service/produit vaut son prix ? », plutôt que « Est-ce que c’est cher ? ».

Concernant mes prestations, à partir du moment où une femme réalise ce qu’elle va gagner en temps, en sérénité, en argent (en n’achetant plus ce dont elle n’a pas besoin, en évitant des pénalités avec un administratif traité dans les temps…), elle est prête à réserver une séance avec moi.

Le tarif dépend du besoin de la cliente (taille de la maison, taille de l’encombrement).

Pour allier efficacité des séances et respect de leur emploi du temps, je propose à mes clientes des forfaits demi-journée (280€) et journée (490€).

Une session avec une coach en rangement est un investissement ponctuel en temps et en argent… pour gagner durablement du temps et de l’argent le reste de sa vie !

5/ Vous préférez ranger quoi, quand vous débarquez chez les gens ?

Les vêtements ! Parce que c’est la première catégorie de la méthode Marie Kondo.

C’est donc avec les vêtements que je transmets la méthode à mes clientes, que je les vois expérimenter le « spark joy » de Marie Kondo.

C’est là qu’elles me posent leurs premières questions jusqu’à se sentir à l’aise dans leurs prises de décision.

Et c’est aussi là que, amusée, je les vois me jeter des petits coups d’œil pour me sonder quand elles décident de garder une pièce sans en être bien sûres.

Je ressens une certaine fierté, et une réelle joie, quand je les vois s’approprier la méthode et procéder au tri qui les rendra plus heureuses chez elles.

6/ C’est quoi votre playlist pour ranger ? Siffler en travaillant ? Zouk machine et Maldon (Balayer, astiquer…) ?

Marie Kondo recommande de ne pas avoir de musique pendant une session de rangement, pour rester concentré sur les décisions à prendre.

D’expérience, je peux vous dire que c’est un conseil utile.

Lorsque vous faites du tri, vous devez être à l’écoute de vos émotions, de vos ressentis… et la musique ne crée malheureusement pas un environnement propice pour ça.

Avec mes clientes, nous faisons parfois une pause grignotage pour reprendre de l’énergie : le moment parfait pour mettre de la musique si elles en ont envie !

7/ Imaginons que je sois déjà fan de Marie Kondo… Comment je fais pour convertir ma femme au rangement durable ?

J’ai souvent cette question !

Vous êtes fan au point d’avoir appliqué sa méthode à toutes vos affaires ?

Commencez par KonMariser tout ce qui vous appartient et tout ce que vous gérez à la maison (il y en a toujours un qui est plus le référent cuisine / bricolage / déco… que l’autre).

Votre femme remarquera la joie que vous éprouvez à faire du tri, la place que vous gagnez dans l’appartement et la tranquillité acquise au quotidien.

Sa curiosité la poussera à vous poser des questions, vous demander des conseils, et vous pourrez commencer à la guider.

Et si jamais cela donne lieu à des disputes, donnez-lui ma carte !

Plus sérieusement, le critère de la méthode Marie Kondo pour le tri étant de savoir si les objets apportent de la joie, il est indispensable que leur propriétaire soit présent pour répondre à la question.

Donc ne vous aventurez pas à faire du tri pour elle !

8/ C’est qui les plus bordéliques ? Les provinciaux ou les Parisiens ?

Le problème ne vient pas tellement du fait d’être désordonné mais plutôt d’avoir trop accumulé.

Donc je ferais plus une différence entre les habitants de maison et d’appartement.

La nature n’aimant pas le vide, plus on a de la place, plus on va accumuler des objets !

Les maisons sont des vrais pièges pour ça, avec leur cave, grenier, garage…

On a plus tendance à se dire « J’ai tant de place, donc je peux avoir tant de choses » que « De quoi ai-je vraiment besoin ? ».

Les habitants de « tiny house » (ce phénomène des mini maisons qui arrive doucement en France) ont cette logique.

Ils partent de ce dont ils ont besoin, et comme ils sont généralement minimalistes, il leur en faut peu pour être heureux.

Ils ne se disent pas qu’ils ont x milliers d’Euros et qu’ils vont prendre la plus grande maison possible pour ce budget, ils partent de l’espace dont ils ont besoin pour vivre.

9/ Vous devez être épuisée en fin de journée, à force d’aider les autres à ranger. Il paraît aussi que les cordonniers sont les plus mal chaussés. Du coup, c’est le désordre, chez vous ?

Je suis une accumulatrice repentie.

Le rangement est une discipline que j’ai découvert récemment (merci Marie Kondo).

J’ai lu La magie du rangement, je l’ai expérimentée et j’ai été conquise.

Je ne suis pas née maniaque et je n’aurais pas de plaisir à vivre dans un espace qui ressemble à un appartement témoin.

J’aime dire que chez moi « ça vit ».

Parfois le soir, je pose mon sac et mon courrier sur ma table (qui sert de console d’entrée, de table à manger et de bureau – je vis dans un appartement du centre de Paris, il y a la place pour l’essentiel) car je n’ai pas le courage d’en faire plus.

Il y a des jours où je me sens moins en forme… et ça se voit sur l’état de mon appartement.

Mais comme maintenant chaque chose a une place (et que j’ai moins de choses), je peux tout ranger en 10 minutes ! Et ça, croyez-moi, c’est un vrai plaisir !

10/ Votre plus beau souvenir de coach en rangement ?

Dur de choisir ! J’hésite entre la session où j’ai aidé une jeune femme à avancer dans le deuil d’une relation amoureuse grâce à une chemise à carreaux (si si !) et une de mes toutes premières clientes…

C’était avec Leïla, une jeune maman active qui a fait appel à moi pour ranger toute sa maison. Il y avait des sessions qu’elle attendait tout particulièrement : le rangement des jouets de ses filles et la paperasse.

On a consacré une grosse demi-journée à ranger la salle de jeux avec ses 2 petites. A la fin de la séance, elle était littéralement euphorique « Aurélie, tu ne te rends pas compte ! Merci ! Vraiment, tu ne peux pas réaliser le poids que tu m’as enlevé. Je me sens légère, vraiment plus légère. Merci ! »

Cette expérience m’a confortée dans l’idée que le rangement peut être magique, qu’il peut permettre de se sentir mieux, plus léger, plus à l’aise chez soi.

Merci beaucoup Aurélie Capogna pour tous ces éclaircissements ! Je vais réfléchir à ce que je vais faire de tous mes livres…

Si vous aussi, vous voulez faire opérer la magie du rangement chez vous, mais ne savez pas pour où commencer, contactez directement la coach en rangement Aurélie !

Sélim, tous les jours un peu plus fée du logis

One comment on “Coach En Rangement à Paris : Aurélie Capogna Fait le Tri ! (Interview)”

  1. Salut, je trouve que ton article est très intéressant. Par ailleurs, je pense que je dois prendre des cours de rangement très bientôt puisque je déteste mettre de l’ordre dans ma chambre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *