AD Intérieurs aux Arts Décoratifs (PARIS)

J’ai eu la chance de faire le tour de l’exposition AD Intérieurs aux Arts Décoratifs avec l’équipe des Grands Ducs, un des clubs de gentlemen les plus élégants de Paris ! A la baguette, le designer Tristan Auer qui nous a présenté non seulement son oeuvre, fascinante d’équilibre entre masculin et féminin, mais aussi les autres pièces à vivre, les autres salons aménagés par ses confrères.

Quand les Arts Décoratifs donnent carte blanche à des créateurs, des architectes d’intérieur, des designers pour aménager l’espace à leur convenance avec une seule contrainte – utiliser une des oeuvres du musée – le résultat est fascinant, tant en termes de beauté que d’ambiance. Visite guidée de AD Intérieurs avec Tristan Auer !

Tristan-Auer-Arts-Décoratifs-AD-Intérieurs-Dressing-dandy

Les 16 projets présentés pour cette 5ème édition de AD Intérieurs visent à ériger l’art de vivre à son niveau le plus élevé, en faisant appel au savoir-faire des meilleurs artisans, rejoignant ainsi le principe fondamental des Arts Décoratifs, la réalisation du beau dans l’utile. C’est une nouvelle occasion pour le musée de perpétuer l’étroite collaboration qu’il entretient avec les décorateurs, architectes d’intérieur et designers. Une tradition inscrite dans l’histoire de l’institution depuis sa fondation.

Tristan Auer, notre guide d’un soir, est un ancien élève de l’Ésag Penninghen fit ses débuts auprès de Christian Liaigre et Philippe Starck avant de fonder son agence Izeu en 2002. Il enchaîne depuis les agencements d’intérieurs privés, boutiques et hôtels. Il participe actuellement au chantier de réhabilitation du Crillon, place de la Concorde à Paris, et s’emploie à métamorphoser le mythique club parisien Les Bains Douches en hôtel.

Tristan Auer a décidé de nous faire pénétrer dans le dressing d’un dandy. L’homme est après tout une femme comme les autres et a lui aussi besoin d’un espace à lui pour s’apprêter, pour préparer ses apparitions publiques.

Autour du lustre monumental, en acier poli, métal laqué, néon et verre, créé en 1972 par le designer et architecte d’intérieur Michel Boyer (1935-2011), Tristan Auer explore et exploite la profondeur des alcôves pour créer des univers différents mais complémentaires. La moquette aussi joue son rôle : imaginez-vous vous enfoncez, pieds nus, pour un confort maximal en rentrant de soirée…

Sans vous dévoiler l’intégralité de sa création, la vidéo ci-dessous vous permettra de comprendre l’esprit de l’exposition AD Intérieurs 2014 Paris. L’usage central de la lumière, les couleurs chaudes que j’affectionne tant chez Tom Ford (jaune et noir, marron, ambre…)


AD Intérieurs 2014 Tristan Auer par AD_magazine

Au total, ce sont 16 espaces qui son mis en valeur de manière captivante… Je ressors de l’exposition AD Intérieurs en me demandant quel fourgon je vais devoir braquer pour vivre dans un aussi beau cadre un jour…

Mon top 3 des pièces présentées aux Arts Décoratifs : AD Intérieurs 2014 Paris

Outre le dressing d’un dandy de Tristan Auer, j’investirais volontiers dans :

Salon de lecture, Bismut & Bismut
Salon de lecture, Bismut & Bismut

J’imagine très bien Don Draper dans cette mise en scène, accueillant chez lui sa nouvelle voisine ou une amie de Megan… Elle analyserait les quelques livres sur la bibliothèque, jouerait à la dactylo sur le bureau en faisant valser ses talons avant de rejoindre le publicitaire charismatique sur le canapé circulaire…

Le Bureau Présidentiel Chahan Minassian
Le Bureau Présidentiel Chahan Minassian

Pour cette deuxième mise en scène créée par Minassian autour du bureau de César (l’artiste), je ne peux qu’imaginer King Geoffrey ou Tywin Lannister en train d’apposer leur sceau sur une lettre de cachets visant à anoblir ces bâtards de Bolton. Sorry. Je m’emporte… Un Frank Underwood ne ferait pas non plus tâche dans ce décor qui transpire la virilité, entre les serpents et les épées présentées dans une vitrine…

Isabelle Stanislas Le Bar Bibliothèque
Isabelle Stanislas Le Bar Bibliothèque

Un bar, une bibliothèque, de quoi s’allonger OKLM. Que demande le peuple ? Cette fois-ci, ce sont les couleurs qui véhiculent cette impression harmonieuse : on pourrait rester des heures dans la pièce aménagée par Isabelle Stanislas.

Ok, j’avais dit 3 coups de coeur, mais je suis obligé de rajouter un intérieur : celui pensé par Luis Laplace, qui m’a frappé par ses couleurs. Vous me dites si j’hallucine ou si c’est copié sur la scénographie de ce tableau ?

Nighthawk-Edward-Hopper

Antichambre du Latin Lover de Luis Laplace
Antichambre du Latin Lover de Luis Laplace

L’exposition Décors à vivre est visible du 6 septembre au 23 novembre 2014 aux Musées des Arts Décoratifs de Paris. Dans la galerie juste en face, Dries van Noten toujours présent (faites vite, jusqu’au 2 novembre). Allez voir cette exposition à deux, c’est mieux !

Encore merci aux Grands Ducs et à notre hôte d’un soir Tristan Auer !

Sélim, en pleine réflexion design…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *