10 ans de souvenirs à Paris

10 Ans à Paris en 10 Souvenirs ! (2007-2017)

En signant mon premier CDI début août 2007, je me dis que ce grigri engage ma présence à Paris pour 3 ans, avant de poursuivre l’aventure à l’étranger.

Rien ne s’est passé comme prévu, et j’ai réalisé que cela faisait tout pile 10 ans que Paris exerçait sur moi une fascination qui ne souffre aucune comparaison.

En terrasse avec un café malgré la chaleur, on a joué avec mon colocataire à « 10 trucs qui définissent tes 10 ans à Paris ». Je me replonge avec délice dans 10 ans de souvenirs à Paris.

#1 La première nuit – août 2007

A peine débarqué de Grenoble, j’emprunte la ligne 1 depuis Gare de Lyon et trouve refuge sur le canapé des copains à Neuilly. Mais il ne fallait pas compter sur moi pour y passer ma première nuit…

C’était il y a dix ans, il y a désormais prescription. La jeune femme avec qui j’ai partagé cette nuit est mariée depuis, toujours aussi heureuse et souriante.

CDI en poche après des entretiens pas vraiment stressants (2007, souvenez-vous, juste avant LA CRISE !), c’est en qualité de « consultant en conduite du changement » que je la retrouve en deuxième partie de soirée pour un verre, puis deux au Crillon.

La position de la Grand Roue variant au fil des saisons, je suis incapable de savoir si c’est dans les Tuileries que nous échangerons notre premier baiser en altitude OH SO CLICHE ou juste devant, sur la place de la Concorde.

Après des travaux qui m’ont paru interminables, le Crillon vient de rouvrir ses portes, comme un clin d’oeil…

#2 Un concert à Paris

Souvenirs à Paris

La nuit de mes 25 ans, Kanye West remplit Bercy et je suis aux premières loges avec mon meilleur ami.

Le 20 novembre 2008, insouciant, j’ai pris le train pour quitter SENS vers 18H00, espérant ne pas rater le début du concert de Mister West.

L’anniversaire précédent avait été assez arrosé, celui-ci aura le goût du sel. Etant exilé en Bourgogne pour une mission de 6 mois, je souffle mes 25 bougies sur un très bon Quick’n’Toast à Châtelet. #lifestyle

Mangé dans la rue, assis au bord de la fontaine. Pas le temps de clubber car le lendemain dès l’aube, le train m’attend en gare de Bercy pour me ramener à l’usine. Kanye pétait déjà les plombs sur scène et monologuait déjà, mais c’était encore compréhensible…

Aussi aimé : les concerts de Cut Copy, Metronomy, mon premier concert de Crystal Castles qui a fait 12 minutes au Point Ephémère (remboursez !), London Grammar (*3), The Roots, Paul Kalkbrenner, Lady Gaga, Beyoncé, Coldplay, U2, Justin Timberlake, Drake, Kendrick Lamar au Bataclan, Wiz Khalifa et ASAP Rocky, Calvin Harris, Doc Gynéco, Broken Bells, M83, Patrick Bruel et tellement d’autres…

Un regret ? Avoir raté celui de Frank Ocean.

#3 Une soirée qui a changé ma vie à Paris

C’est une succession de décisions farfelues que je raconterais peut-être un jour qui ont mené à ce coup de fil : « Niederhoffer, tu as un quart d’heure pour nous rejoindre, on t’attend ».

Une très bonne amie, écrivain(e), me donne rendez-vous avec Neil Strauss, l’auteur de The Game, pour une nuit mémorable.

Etant dans une conjoncture astrale, morale et financière positive, adoubé et validé par LE meilleur dragueur au monde, je décide de le croire quand il me dit à la fin du week-end que mon devoir est de devenir coach en séduction et d’aider les hommes à prendre confiance en eux.

J’avais lu son ouvrage un an auparavant. Je ne pensais pas que je changerai – à ce point – de vie à la suite de cette rencontre…

#4 Une rue qui a compté pendant les premières années à Paris

La rue de Ponthieu a mauvaise presse. Les clubs se succèdent et changent de mains et de noms. Les rixes et les blessés font les gros titres quelques fois par an et les riverains demandent des mesures de sécurité plus élevées dans cette rue et les allées voisines.

C’est pourtant là que j’ai passé une grande partie de mes soirées de jeune Parisien à la recherche de l’Amour, entre les Planches rue de la Boétie et le Pink Paradise, Chez Régine, le No Comment, le Tania, chez Papillon, le Néo, le Sens, le Mathis…

Apprendre le jeu des apparences, apprendre à s’habiller correctement, sourire aux videurs mais pas trop, venir accompagné mais pas trop, boire avant mais pas trop non plus… Un très bon environnement qui a bien servi lors des premières années de coaching en séduction.

#5 Un voyage hors de Paris

10 ans à Paris

Qu’il est dur de choisir un voyage qui m’a marqué pendant ces 10 années à Paris… Deux ou trois se livrent une belle bataille dans mon coeur, mais c’est probablement New York qui l’emporte.

Après en avoir tant rêvé, je pouvais enfin croquer la Grosse Pomme et m’offrir des journées à arpenter les rues de New York.

Cuba et ses couleurs, Copenhague et ses restaurants, la Californie et les sourires de Los Angeles

Vraiment compliqué de choisir. Le seul point commun entre ces voyages, c’est le plaisir de rentrer chez soi et de longer les quais de Seine en taxi, et de se rendre compte de la beauté de la capitale.

#6 Une colocation à Paris

2008-2012 : c’est le colocataire qui remporte la palme du meilleur degré de compatibilité. Même rythme de business, mêmes envies sportives, mêmes sorties et des groupes d’amis qui se comprenaient et s’entendaient.

C’est avec regret que j’ai quitté l’avenue de Clichy et ses parties de poker animées, illégales et inégalables.

J’ai conservé la tradition des sushis du dimanche soir en souvenir de cette époque révolue. Heureusement, il ne réside qu’à dix numéros dans ma rue actuelle.

#7 Un livre qui a changé ma vie à Paris

Ce ne sera ni The Game, ni L’Art de la Séduction de Robert Greene, mais plutôt la semaine de 4 heures de Tim Ferriss.

Un ouvrage sur la productivité, sur l’efficacité, mais au-delà de la blague évidente (non, Tim Ferriss lui-même ne travaille pas QUE 4 heures par semaine), il m’a ouvert les yeux sur la gestion du temps.

L’argument principal que j’en ai retenu, et l’impact qu’il a eu, c’est de m’ouvrir les yeux sur la santé, sur le temps qui passe.

Chez nous, vers le Cap Ferret, l’océan gagne chaque année du terrain sur la pointe et on peut penser qu’avec la montée des eaux, de si beaux endroits ne seront dans 20 ou 50 ans plus accessibles aux touristes.

Tout comme Venise et sa lagune, les îles Galapagos et leur inestimable biodiversité, le parc national Yellowstone et la statue de la Liberté aux Etats-Unis ou la forêt impénétrable de Bwindi, habitat naturel des gorilles en Ouganda : tous ces sites du patrimoine mondial de l’Unesco sont vulnérables, menacés par le changement climatique.

Avant de lire La semaine de 4 heures, je me disais : « Je verrais probablement tout ça, toute la beauté du monde quand je serai à la retraite ».

Terroristes en folie qui font péter des sites archéologiques, retraite peu probable, santé déclinante avec l’âge : j’ai décidé de profiter de l’énergie que j’ai maintenant.

Sans pour autant vouloir « tout tout de suite », j’essaie depuis la lecture de cet ouvrage de courir des « marathons » de travail de trois mois, puis de souffler et voyager un peu pendant 10-15 jours. La chance d’être indépendant, et de ne pas devoir pointer…

La semaine de quatre heures est vraiment un livre que je vous recommande, il a changé ma vision des choses.

#8 Un parfum imprégné à jamais ?

Dix ans de vie à Paris

« Violette bonbon », teintée de fruits rouges et de notes sucrées, Insolence a vu le jour en 2006 chez Guerlain. Il dépeint une femme surprenante, audacieuse et totalement libre.

Et celle qui le porte en 2007 est surprenante. Audacieuse. Mais pas complètement libre, ce qui fera toute la surprise et l’audace de nos rencontres…

Si désormais je commence à mélanger dans ma database olfactive certains parfums féminins (confondre Lolita Lempicka et Angel, ce genre de bêtises…), je me retourne toujours avec un sourire lorsque je sens un nuage d’Insolence dans le métro.

#9 Un objet qui me rappelle Paris où que je sois ?

A la suite d’un oubli soigneusement préparé (« J’en achèterai une là-bas ! »), je me suis retrouvé dans l’avion sans cravate…

Hors de question de faire tache pour ce mariage ensoleillé à Monaco. Tout le monde est heureux, la voix de la chanteuse dans l’église, divine, et les mariés sont aux anges.

Et moi aussi, avec cette cravate Hermès rouge que je ressors toujours de l’armoire avec un sourire, en repensant aux mariages réussis, et à ceux que j’ai ratés faute de grève, de crise cardiaque de passagers dans les avions, et aussi parce que je me suis trompé d’aéroport (erreur de débutant).

La cravate… et un stylo que ma chérie m’a offert.

#10 Un objectif atteint à Paris

leçons de séduction Paris

Ce n’est pas le marathon en moins de 4 heures. On n’y est pas encore.

Ce n’est pas non plus l’achat d’un appartement, d’une maison ou d’un château (qui ne sont tout bonnement pas présents sur la to-do list).

Un livre. Je m’étais dit que j’aimerais bien écrire un livre un jour. Mais entre ce blog que j’aime alimenter, les guest posts sur des sujets divers chez les copains, chez Forbes, chez Playboy, l’éditorial et les vidéos de conseil en séduction chez Artdeseduire et les coachings, ça m’a pris plus de temps que prévu…

Depuis les premiers mots en 2007 avec les copains chez (feu) ra7or.com, premier vrai gros blog lifestyle masculin en passant par mon site lepiegeafilles.com désormais devenu blog perso, j’ai esquissé en 2010 la trame d’un livre qui aura donc mis 7 ans à voir le jour.

A la base intitulé « Dictionnaire de la drague », il aurait pu être un projet collaboratif, mais nous avons tous manqué de temps. J’ai voulu l’illustrer, rencontré des illustrateurs, mais le projet était tombé aux oubliettes.

Jusqu’au jour où mon frère m’a appelé, en octobre 2015, pour me demander si j’étais mort suite à ma dernière rupture.

M’expliquant que je ne prenais plus de risques. Que je n’innovais plus. Que je m’endormais, et que ça ne me ressemblait pas.

Ni une ni deux, piqué au vif et réveillé par ce très bon diagnostic, j’ai pris mes billets pour New York afin d’écrire ces « Leçons de Séduction ».

La suite de l’histoire le 8 septembre chez tous les bons libraires, et en prévente dès aujourd’hui ici.

Sélim, j’ai 10 ans…

4 comments on “10 Ans à Paris en 10 Souvenirs ! (2007-2017)”

  1. Merci pour ce très joli post, plein de vie et de fraîcheur ! Ça me fait me demander ce que j’aurais à écrire dans un an pour ma décennie hambourgeoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *