Week-end à Rome

Etienne Daho ne sera pas mentionné dans ce post.

Ce vendredi, c’est la sympathique fille à chats Lucie, boss du blog Les Filles pensent que qui nous explique comment l’acheter la séduire. Suivez la guide !

En ce qui me concerne, séduction ne veut pas dire « réussir à me mettre dans son lit ». Réussir à me séduire est une tâche beaucoup plus ardue…

J’ai rencontré Pietro quelques jours avant mes vacances à New York. Premiers baisers, première nuit (suivi de quelques autres) et me voilà partie vers les Etats-Unis, ravie de passer 10 jours avec ma meilleure amie, sans mec ! Premier jour et premier coup de fil de Pietro « Salut ma belle, je voulais juste savoir si tu étais bien arrivée ? » Sur le coup, j’ai trouvé ça plutôt mignon. Deuxième jour et deuxième coup de fil pour « savoir comment ça va ? »… « Euh… ça va… » C’était sans compter sur le troisième jour où il m’a appelée 4 fois  parce qu’il était de « mauvaise humeur » et qu’il avait envie de m’entendre pour que je lui change les idées ! Le quatrième jour, je n’en pouvais plus, je lui ai donc expliqué qu’il fallait qu’il arrête de m’appeler, que ça me coûtait une fortune et que j’avais du mal avec les hommes collants. Dans ma tête c’était clair : de retour à Paris j’allais mettre fin à cette «relation».

La veille de mon retour en France, j’ai reçu un mail. «Pourrais-tu avoir la gentillesse de récupérer un truc pour moi pendant que tu es à NYC ? C’est des documents pour mon boulot. Je sais ça ressemble à une excuse minable pour te revoir mais j’ai vraiment besoin de ces dossiers. Ils t’attendront à la réception de l’hôtel Hudson ».

Ce jour là il pleuvait des trombes d’eau et j’étais à deux doigts de ne pas y aller. J’avais encore un milliard de courses à faire et je devais retrouver tous mes potes pour mon dernier soir.

En même temps, je ne voulais pas qu’il manque un deal à cause de moi. Je suis donc allée à l’hôtel. Arrivée à la réception, le concierge m’a donné un paquet et une enveloppe à mon nom. Pressée, j’ai mis le tout dans mon sac et me suis dépêchée de rejoindre mes amis.

J’ai soudain réalisé que si l’enveloppe portait mon nom, peut-être que je devais l’ouvrir ? Je l’ai déchirée et suis tombée sur une carte avec des fleurs… Intriguée j’ai lu le mot : «Tes prochains vacances ! C’est moi qui conduis ! Je t’embrasse ! Pietro». Stupéfaite, je ne comprenais rien… Quelles prochaines vacances ? De quoi parlait-il ? Je me suis décidée à vérifier ce que contenait le paquet. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai vu un DVD de « Vacances romaines » avec une photo d’Audrey Hepburn et de Gregory Peck conduisant une vespa. Non seulement il me faisait un cadeau surprise à quasi 6 000 kms de distance mais en plus il m’invitait à Rome de la plus jolie manière qui soit.

Sous la pluie, trempée, je ne cessais de sourire et je n’avais qu’une envie : l’appeler !!! Le lendemain il est venu me chercher à l’aéroport et je me suis jetée dans ses bras, totalement séduite.

Son piège à fille était simple mais très efficace. J’ai appris qu’il avait envoyé par mail à un de ses amis une liste de 5 cadeaux potentiels avec 5 mots différents et 5 fleurs. Le premier cadeau sur la liste était le DVD. En revanche, il faut croire que le concierge de l’hôtel a gardé la rose blanche qui m’était destinée !

L’analyse du coach :

1/ La curiosité est un vilain défaut très féminin. Donc bien joué le coup de l’enveloppe à son nom.

2/ La culpabilisation : elle va chercher le paquet pour ne pas lui faire rater un deal. Aussi efficace qu’un “ne me quitte pas ou je me suicide, je suis à la gare”. Tout est de sa faute. Dans l’absolu, c’est assez risqué comme technique. A partir du moment où tu demandes quelque chose à quelqu’un, tu t’exposes à un refus. Là le Pietro a de la chance, elle est bien lunée.

3/ Le choix du cadeau : j’avais lu un truc similaire, tout aussi flippant dans un magazine féminin. La fille parlait des cadeaux les plus horribles de sa vie. Le mec lui avait offert un agenda rempli de billets de concerts et de pièces de théâtre pour les trois mois à venir, façon BDE “viens je t’organise ta vie à deux”. Je trouve ça un peu pourri, mais toutes les filles vénales à qui j’en ai parlé seraient ravies de partir à Rome. A recommander donc, si vous êtes financièrement sereins.

4/ Le gars qui appelle tous les jours. Le boulet. Plutôt que de vous l’entendre dire par l’objet de votre affection, lisez cette phrase dix fois : “je n’appellerai pas ma copine tous les jours”. Encore. Relisez. Pas au début de la relation. N’oubliez pas que vous ne pouvez pas tout donner tout de suite. Une relation, ça se construit, ça prend du temps.

Bon week-end à tous, profitez du retour du soleil. La semaine prochaine, on parlera un peu Web, parce qu’il est mort.

4 comments on “Week-end à Rome”

  1. C’est pas une question d’être vénale, c’est une question d’aimer qu’un mec se creuse la tête pour nous trouver un cadeau qui nous plaît, voir s’il nous connaît bien, s’il est capable de nous faire rêver. Faut surtout être un brin romantique pour apprécier.

    Par contre, le côté pot de colle effectivement, si la fille est clairement ravie de partir en voyage entre nanas, c’est pas la chose la plus maligne à faire. Mais bon, bien rattrapé!

  2. Mais non, personne n’est vénale. Je ne suis pas Soral non plus, hein…
    Là le mec est bon, le cadeau plaît. Que demande le peuple ?
    Mon opinion : taux de réussite faible, risque élevé. Ajouté au côté “boulet”, ça pouvait être très risqué. “Qui ne tente rien n’a rien”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *