Séduire (comme) au cinéma

Ma grande passion après le Trivial Pursuit : le cinéma. Quand je vais au cinéma, c’est pour changer d’univers, quitter les gens stressés pendant deux heures. Je vais au cinéma pour puiser de l’inspiration pour mes articles, pour mon livre, pour m’abrutir parfois aussi.

Mais aller au cinéma pour séduire, c’est une arme à double tranchant. Le débat n’est jamais terminé, mais vous devez avoir votre avis sur la question. Voilà celui de votre coach en séduction !

Le popcorn entre les dents.

Non content de déranger votre promise et vos voisins pendant la moitié du film, vous ressortirez de la salle ridicule. Popcorn entre les dents, râteau au devant ! Si ça peut passer dans les salles obscures, le charme risque de ne plus agir en atteignant la rue. Par ailleurs, malgré tous les efforts que vous ferez, le grain de maïs est malin : il se collera tel un pin’s à vos chemise, pull et costume pour vous donner l’air d’un rustre. Tout l’inverse d’un gentleman. N’oubliez pas un autre point : l’hygiène. La grippe A, l’hépatite, la mononucléose. Vous êtes-vous lavés les mains avant de lécher vos doigts et de les replonger dans le pot ? La demoiselle pourrait se montrer choquée. Conclusion : préférez des bons Haribo bien chimiques qui ont le mérite de ne pas coller aux dents.

L’inviter ?

A l’inverse du restaurant où il n’est même pas question de discuter (vous payez, point final), le rendez-vous au cinéma peut donner lieu à des scènes étranges.

Vous, muni de votre carte illimitée, possédez votre billet. Bien évidemment, elle arrive en retard, même légèrement. suffisamment pour vous reléguer au premier rang. Vous vous dirigez vers la caisse, vous devez montrer que vous allez payer. Who’s the man ? Dégainez votre carte bleue, votre billet de 500€ (c’est cher le ciné de nos jours) et demandez une place à la dame. Si votre dulcinée est étudiante et qu’elle ne sort pas sa carte, vous pouvez la détester intérieurement. Payez la différence sans broncher. Puis privez-là de crocodiles ou de Maltesers. Elle ne l’aura pas volé. ( Applicable aussi si votre dulcinée est chômeuse, ou âgée de moins de 18 ans (?), ou âgée de plus de 70 ans. Auquel cas on ne saurait lui en vouloir pour l’oubli, le retard, etc…)

On oublie absolument la stratégie dite “Disiz la Peste” : “Mais comme jsuis radin je lui donne rendez-vous dans la salle”. 100% de losers ont tenté cette approche.

Essayer de l’embrasser pendant le film.

Mais vous êtes là pour le film ! Pas pour elle. Elle, c’est avant, c’est après, mais pas pendant. Sauf si vous avez douze ans. Vous risquez de rater le tournant du film, la clef de l’intrigue ! Pire : elle pourrait vraiment se plonger dans le film. Le film est un prétexte à la discussion juste après pour ceux qui manquent de conversation. Un prétexte pour un dernier verre. Si vous avez mal choisi votre film, il se pourrait bien que ce soit le dernier film, et le dernier verre de votre vie avec elle. Comment rattraper un mauvais film ? A vous de la faire parler après le film. Qu’elle s’ouvre à vous ! Qu’elle vous raconte ce qu’elle a ressenti ! A-t-elle déjà vécu des situations similaires ? Connaît-elle d’autres films sur le sujet qui lui ont plu davantage ?

Spécial tip “prise de tête” :

L’embrasser pendant une scène triste (mort, enterrement, accident, viol) : vous n’avez rien dans le crâne, elle est triste et vous ne pensez qu’à lui sauter dessus ? C’est comme si vous essayiez de lui sécher les cheveux lorsqu’elle est sous la douche. Ça ne se fait plus.

L’embrasser pendant une scène comique : are you kidding ? Interprétation possible : c’est drôle, j’ai envie de t’embrasser pour la blague. Mais c’est juste pour qu’on se marre. Pas très sérieux.

L’embrasser pendant une scène d’action : si vous faites ça, j’abandonne et je fais des photos en slip.

L’embrasser pendant une scène d’amour : le moins risqué, mais… Est-ce que ce n’est pas trop ? Le premier qui se jette sur une fille à ce moment-là, je veux le rencontrer. J’exige une audience !

Mais alors à quel moment l’embrasser ?

Avant de rentrer dans la salle : “Tu sais, quand je suis dans le noir je me transforme en monstre. Je ne veux pas te faire souffrir et il y a quelque chose que je meurs d’envie de te faire découvrir”. Là. Action. Surprise.

Ou après le film. En sortant. Avant de rentrer dans le bar pour discuter.

Vous “Je mourrais d’envie de t’embrasser pendant le film mais je ne voulais pas que tu m’empêches de voir le film !”

Elle “Pfff n’importe quoi. Et pourquoi je t’aurais empêché de voir le film ?”

Vous “Parce que je suis toxique. Je suis comme une première dose. Une fois qu’on y a goûté…” Clin d’œil, one again, sourire. Vous vous rapprochez d’elle. Elle sait ce qui l’attend. Elle est à vous.

Des exemples de films sur lesquels vous avez déjà conclu ? Des films 100% “Piège à filles” ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *