Return of the King

Paris c’est comme un village de Schtroumpfs. Tout le monde se connaît, se croise, s’ignore superbement si nécessaire, mais sans aller jusqu’à six degrés de séparation, nous sommes tous connectés les uns aux autres. L’autre jour en sortant de l’Apéritweet à Bastille je vois sur les murs une affiche pour un concert. Jess King à Paris. Le nom me dit quelque chose…

Mercredi soir, je n’ai pas envie de rêver pour rien. Je ne serai pas avec mes copains devant la Ligue des Champions à espérer que Marseille en prenne 4 ou 5… Je serai caché dans le public à la scène Bastille pour le concert d’une New-Yorkaise dont la voix m’a touché. Venez, je vous présente la dame.

Jess King, la chanteuse soul, arrive sous une pluie battante, détendue malgré ses répétitions du moment. J’ai en face de moi une chanteuse qui a reçu les compliments et les encouragements de Stevie Wonder lors d’un passage au Japon. Elle était au piano lorsqu’il s’est approché d’elle pour lui dire tout le bien qu’il pensait de sa voix en or (pour les footballeurs, imaginez qu’un champion du Monde, Stéphane Guivarc’h par exemple, vienne vous féliciter).

Jess vit à Paris en ce moment, elle travaille sur son nouvel album. Elle apprend aussi le français, encore hésitant, mais si charmant. Elle essaie d’être présente sur Twitter, à la Kanye West, des pensées très personnelles.

Alors, stressée ?

“Je suis généralement stressée deux semaines à l’avance quand j’ai un show. Je veux toujours donner le meilleur de moi-même à mon public !”

Et le regard des gens dans la foule ? Tu chantes pour quelqu’un en particulier, tu cherches les yeux de ton public ?

“J’essaie de partager un maximum avec tout le monde, de chanter pour tout le monde”.

Tu penses que quand tu chantes, tu séduis ton public comme une sirène ?

Mais j’ai vraiment envie qu’on partage une énergie, qu’on réussisse à ressentir quelque chose tous ensemble ! Cela fait-il de moi une sirène ?

Pour être une chanteuse soul, vaut-il mieux avoir de gros poumons ou une gorge profonde ?

En riant à cette question, elle donne la réponse. Les poumons, définitivement. Puis elle avoue que souvent, en respirant normalement, elle éteint des bougies. Ça c’est du super pouvoir !

Où trouves-tu ton inspiration ?

“Quand tu commences à écrire, tu écris sur toi, ta dernière rupture amoureuse, tes rêves. Aujourd’hui encore, je chante beaucoup de chansons d’amour, parce que tout le monde peut se reconnaître dans les histoires que je raconte, car elles parlent à la sensibilité de chacun”.

Tu écris, tu te poses, comment fonctionne le processus créatif ?

“Well, généralement, c’est quand je cours. La mélodie vient en même temps que les mots. Je me vide l’esprit en courant, et l’inspiration vient toute seule. Parfois c’est en courant, parfois sous la douche, mais aussi quand je suis en mouvement, dans le métro ou dans le train.” Il faut dire que boucler le marathon de New-York, forcément, ça laisse le temps à l’inspiration de venir. Oui, en plus elle se paye le luxe d’incarner à merveille l’esprit sain dans un corps sain.

Quand elle était plus jeune, elle jouait déjà du piano, tout en écoutant Whitney Houston, Madonna et Michael Jackson. Ses influences ? Les comédies musicales de Broadway, West Side Story, Nina Simone et le jazz que son père écoutait en permanence. Elle se souvient avec émotion de son premier concert de Bruce Springsteen. Quand je lui demande l’album qu’elle prendrait avec elle sur une île déserte, elle répond sans hésitation “The Miseducation of Lauryn Hill”. Puis pense à John Legend, à Billy Joel. Tough choice !

A 4 ans au piano, cette surdouée découvre sa voix vers 8 ans, et n’a depuis jamais arrêté de chanter ses chansons d’amour.

Les King questions :

Qui est le plus séduisant ? King Kong ou Burger King ?

Là elle se demande si c’est une blague. King Kong évidemment : elle est blonde comme doit l’être la prise du gorille géant.

Elvis le King ou Michael Jackson le King of Pop ?

Elle aimerait répondre Elvis, mais son coeur penche pour MJ.

Les questions que je n’ai (peut-être) pas posées :

Est-ce qu’une chanteuse soul jouit plus fort ?

Est-ce qu’à force de l’entendre, un chanteuse saoule ?

Uncle Ben’s ou Ben l’oncle soul ?

Et la suite ? Après ce concert, que vas-tu faire ?

“Je vais continuer de travailler avec les gens que j’ai rencontrés à Paris (Marc-Antoine, Gage), continuer de mixer l’électronique et l’acoustique avec DJ Damasta, et continuer d’apprendre le français !”

Conseil de séduction : Pour trouver l’amour, il faut sortir de chez toi. C’est presque obligatoire. Si tu n’aimes pas le football, je pense que mercredi soir à la Scène Bastille, c’est l’endroit à tenter pour rencontrer des filles qui ont envie de pleurer en écoutant de jolies chansons d’amour. Des chansons à écouter sur la page Myspace de Jess King ici.

Funny fact #896 : en parlant de Stevie Wonder, vous savez la pub pour la Banque Populaire “I’m free, like a river” ? Devinez qui en est la prochaine interprète ? Oui, c’est Jess King. Venez la découvrir avant qu’elle ne soit trop connue et qu’elle pratique des tarifs à la Lady Gaga !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *