Pourquoi les César s’appellent-ils les César ?

Pourquoi les César s’appellent-ils les César ? 

La cérémonie des César du cinéma est une cérémonie du cinéma français durant laquelle l’Académie des César, ou l’Académie des arts et techniques du cinéma, remet annuellement des récompenses cinématographiques dans diverses catégories pour honorer les artistes du 7ème art français.

Tous les Français connaissent cette cérémonie culturelle devenue mythique, mais très peu d’entre nous savent réellement pourquoi on appelle les César les César. Et pourquoi on ne met pas de S à César ?

Cet article vous plonge dans cette cérémonie historique du 7ème art et dévoile tous ses secrets.

Histoire des César

Les César furent créés en 1976 et remplacèrent alors les Etoiles du cinéma, des récompenses qui furent décernées de 1955 à 1975.

Georges Cravenne, créateur de l’Académie des arts et des techniques du cinéma confia à César, célèbre sculpteur marseillais, la confection du prix qui serait décerné aux artistes.

C’est alors que César donna son nom à la cérémonie, le nom César est un nom propre, c’est pourquoi les César au pluriel s’écrit sans “s”.

(Si vous voyez écrit les Césars avec un S dans la presse, il s’agit d’une erreur.)

Pour certains, César est aussi un hommage indirect à Raimu, célèbre acteur français jouant le rôle de César dans la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol.

La cérémonie des César du cinéma suit de quelques jours chaque année la cérémonie des Oscars aux États-Unis.

Georges Cravenne créa d’ailleurs l’Académie des arts et techniques du cinéma pour donner au cinéma français un équivalent à la cérémonie américaine créée en 1929.

(Découvrez l’article 100 films sur Los Angeles !)

Lors de la première édition en 1976, 13 César étaient distribués, aujourd’hui l’Académie des César en distribue dans 21 catégories différentes. 

Le Trophée

Le sculpteur César, qui créa le trophée de la cérémonie du même nom, était spécialisé dans la compression d’objets métalliques.

Il récupérait divers métaux comme du cuivre ou de l’acier chez des ferrailleurs et créait ainsi ses œuvres à partir de matériaux usagés, qu’il compressait ensuite pour leur donner une nouvelle forme.

En 1976, César s’était inspiré pour son premier trophée de la statuette des Oscars et avait dévoilé une silhouette entourée d’une bobine de film.

Le public ne réserva pas un grand un accueil à ce trophée, c’est pourquoi César le modifia pour en faire une compression de bobine de film, qui reste aujourd’hui encore la récompense donnée aux artistes.

Cette sculpture mesure 29 centimètres de hauteur sur une base de 8 centimètres par 8, à la différence de la silhouette des Oscars, plaquée or, le César est en bronze et son poids avoisine les 3,6 kg. 

Le vote

Le vote pour la cérémonie des César se déroule en deux tours, les quelques 4509 votants élisent par correspondance les nominations pour chaque catégorie, c’est ensuite qu’un scrutin uninominal est mis en place pour déterminer les gagnants.

Pour devenir votant aux Césars, il faut avoir été nommé ou sacré lors d’une édition précédente, si ce n’est pas le cas, avoir réalisé un parcours cinématographique d’au moins deux films et obtenir le parrainage de deux votants.

Il faut savoir que pour rester votant, une cotisation est nécessaire chaque année pour aider l’institution et financer ses projets.

Les films les plus titrés

La cérémonie des César compte cinq César majeurs, celui du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario, du meilleur acteur et de la meilleure actrice. 

Depuis 1976 et la création des César, seuls 27 films furent nommés dans ces cinq catégories.

Mieux encore, sur ces 27 films, seuls deux ont été primés dans les cinq César majeurs, Le Dernier Métro de François Truffaut en 1981 et Amour de Michael Haneke en 2013.

Par ailleurs, Le Dernier Métro est le film le plus titré de l’histoire des César à égalité avec Cyrano de Bergerac avec 10 récompenses.

(J’avais bien aimé Edmond, d’ailleurs ! Il figure dans la liste des meilleurs films sur les écrivains !)

Sélim, fan de cinéma français et de cinéma tout court. 

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des films, des campagnes de pub aussi. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne (forbes.fr, glassdoor.fr, artdeseduire.com, les-mots-magiques.com), mais j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *