peur-de-parler-en-public

Peur de Parler en Public : Découvrez LA Cause Qui Vous Bloque !

Avoir peur de parler en public : c’est probablement le point commun le plus partagé avec toute l’humanité !

Lorsque vous devez parler à un grand nombre de personnes… Vous avez le trac, la gorge nouée, les membres tremblants ?

Alors vous souffrez de la peur de parler en public : bienvenue dans le plus grand club du monde ! C’est un des seuls clubs dont tout le monde veut se désabonner !

Vous aimeriez savoir pourquoi votre voix tremble, et quelles en sont les causes ?

Cet article est fait pour vous, pour commencer à vous transformer en Barack Obama ou Winston Churchill, pour vous aider à dépasser votre peur de parler en public !

Peur de parler en public ?

La peur de parler en public est appelée glossophobie. L’origine latine du mot est “la peur de la langue”.

Wikipédia nous apprend que 75 % de la population subit au moins un des symptômes de cette phobie presque mondiale.

Pour ma part, j’ai toujours eu cette petite boule au ventre avant de faire une intervention.

Mais une fois qu’on est lancé, vous le savez, ça va beaucoup mieux !

Si vous pensez être atteint de cette peur de prendre la parole devant un groupe, c’est que vous l’êtes sûrement.

Le site gouvernemental britannique du National Health Services a cité un classement des phobies.

La phobie sociale, qui est la peur d’interagir avec les autres, est la plus citée du monde, devant l’agoraphobie (peur de la foule) et l’émétophobie (peur du vomi) !

Vous êtes probablement atteint de glossophobie si vous avez les symptômes suivants :

  • Vous évitez des événements qui vous forceraient à parler en public
  • Vous sentez des détresses physiques, des nausées, vos jambes tremblent…
  • Avant de parler, vous ressentez une puissante anxiété presque paralysante
  • Vous avez des symptômes d’anxiété sociale : peur de montrer vos émotions, peur de rougir, peur de vous dévoiler…

Les 5 causes de votre peur de parler en public

Cause 1 : La peur liée à l’enjeu de la situation

Cette peur est tout à fait logique.

Plus l’enjeu est grand, plus le stress le sera.

Vous avez sûrement vécu cette situation lors d’un passage à l’oral pour un examen (lire ici mes conseils pour réussir votre oral pour entrer dans les grandes écoles), ou à un entretien d’embauche.

Ce trac est logique face à l’enjeu : même les stars sont tendues avant une grande échéance.

À l’occasion de ses 25 ans d’album, Patrick Bruel confiait ressentir du stress avant la diffusion en direct du concert, sur TF1.

Il s’était pourtant déjà produit devant plusieurs centaines de milliers de spectateurs au fil des ans, mais a déclaré “S’il n’était pas diffusé en direct sur TF1, j’aurais eu un trac normal… mais là j’ai vraiment le trac !“.

Vous aurez beau vous forcer à vous calmer, ça n’est pas la bonne approche.

Faites le vide, respirez profondément, et lancez-vous !

Cause 2 : La peur de ne pas être suffisamment compétent, ou de chercher la perfection

Quand vous parlez en public, vous vous exposez au groupe.

Poitrine ouverte, coeur exposé : vous vous ouvrez, vous êtes vulnérable, c’est normal… et ça fait peur !

Dans la plupart des cas, vous délivrez une information aux auditeurs, qui viennent pour écouter votre expertise, pour apprendre de vous.

Ils en savent moins que vous.

Et pourtant, certains d’entre vous sont atteints du syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur, en gros, c’est quand vous êtes compétent dans un domaine, mais que vous manquez de confiance en vous par rapport à votre mérite, à vos connaissances pourtant bien réels.

Vous avez bien bossé, vous vous êtes bien préparé, il n’y a personne dans la salle qui est venu pour vous huer.

Et puis n’ayez crainte : ce ne sera jamais pire que le pétage de plomb de Michael Bay sur scène, qui a perdu son prompteur, et n’a pas su comment improviser.

Ça, c’est flippant. Son discours était écrit, le prompteur a des ratés, il essaie d’improviser mais se sent complètement désemparé, sans son armure.

Si vous regardez la scène, vous verrez que dès le début, ses mains sont très nerveuses.

Si cela vous arrive aussi, n’ayez crainte : le discours parfait n’existe pas ! Soyez fier de vous, et de votre travail !

Ne vous laissez pas ronger et freiner par le perfectionnisme.

Cause 3 : La peur d’être jugé par le regard des autres

Prendre la parole est parfois difficile car vous pouvez percevoir le regard des autres comme une attaque.

Parfois, en entreprise, vous n’êtes pas dans l’échange, vous subissez le regard de vos collègues ou de votre patron qui veut votre tête.

Vous avez peur d’être critiqué, car vous avez peur d’être rejeté d’une communauté, et c’est bien compréhensible : le besoin d’appartenance est une de nos forces, mais aussi de nos faiblesses.

Apprenez à vous détacher du regard des autres pour mener une vie plus épanouie !

Ma technique, même face aux regards les plus durs, même quand j’ai peur de ne pas être au niveau : je me dis qu’en face, il y a comme moi, un petit enfant blessé à l’intérieur, sous une carapace de gros dur.

Un peu comme la pub Evian avec les bébés !

peur de parler en public

Et tout de suite, quand j’imagine la tête d’enfant, je retrouve le sourire, et je n’ai plus peur de parler en public.

La personne en face de moi veut être acceptée, aimée, écoutée, respectée, tout comme moi.

Essayez d’y penser la prochaine fois que vous aurez peur de parler devant un groupe !

Cause 4 : Vous n’avez jamais pris la parole en public

Comme pour toute activité que vous débutez, c’est la nouveauté qui vous fait peur, c’est l’inconnu qui paralyse.

La peur de l’inconnu est une peur primaire, animale.

Vous ne connaissez pas ce territoire inconnu de la prise de parole en public, et le fait de vous lancer peut paraître effrayant.

Sauter en parachute, c’est du sport extrême et c’est normal d’avoir peur.

Parler en public est aussi une sorte de sport social extrême.

Si vous voulez surpasser votre peur de parler en public, vous devez avoir de la technique, une méthode, et de l’entraînement pour être performant et créer de l’émotion auprès de votre audience.

Un discours improvisé a été réécrit trois fois” Winston Churchill.

Vous pouvez prendre des cours en ligne, regarder des tutos, lire le livre Parler en public : TED, le guide officiel, contacter Jean Sommer ou Valentin Becmeur pour améliorer votre voix et votre éloquence.

A l’heure d’internet, les solutions sont partout si vous voulez les trouver et vous engager, vous impliquer et ne rien lâcher.

Je ne vous recommanderais qu’une chose : de la discipline, et de l’entraînement.

Pour débuter, vous pouvez aussi consacrer du temps aux 50 exercices pour parler en public, de Laurence Levasseur.

La réussite est une question d’entraînement et de persévérance : personne ne peut prendre la parole en public à votre place !

La photo d’illustration de cet article, le Discours d’un Roi, devrait vous redonner confiance en vous.

Si vous ne l’avez pas vu, je vous recommande de visionner ce superbe film anglais. Si vous avez peur de parler, imaginez le stress que ça doit être quand vous êtes le roi, et que vous êtes bègue…

Cause 5 : Le manque d’habitude

Dans tout domaine, la confiance s’acquiert par l’expérience.

Il en va de même pour la prise de parole en public.

Exercez-vous et pratiquez ! Il n’y a pas de secret, c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Prenez chaque semaine deux créneaux d’une heure pour lire à voix haute, écrire des mini-discours, regarder des vidéos sur Youtube.

Préparez-vous comme si vous étiez Palpatine s’adressant à l’Assemblée Galactique du Sénat de la République.

parler-devant-conference

Rome ne s’est pas faite en un jour, Edouard Baer n’est pas devenu éloquent du jour au lendemain.

Alors ne soyez pas trop exigeant sur votre niveau de démarrage : soyez exigeant quant à votre régularité.

Et pour souligner encore l’importance de l’entraînement quand vous allez prendre la parole en public, une citation de Teddy Riner, 10 fois champion du monde de judo :

On n’a rien sans rien. Si on ne se met pas la misère à l’entraînement, si on ne se force pas à repousser les limites, on ne va nulle part.”

La cause bonus : Parler pour paraître au lieu de parler pour partager

Quand vous parlez en public, c’est pour partager. Vous transférez de l’information à des personnes : telle doit être votre bonne intention, votre participation, votre contribution à la société.

Vous transmettez : vous êtes là pour les autres, et non pour vous.

Vous n’êtes pas là pour faire un show pour vous mettre en valeur.

Votre discours peut avoir plusieurs buts : intéresser, faire découvrir, instruire, motiver.

Mais votre seul but, celui qui vous aidera à ne plus avoir peur de parler en public, c’est de partager de l’information.

Vous avez un savoir que les autres n’ont pas, c’est simple, partagez-le.

Sélim, toujours le trac avant de monter sur scène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *