Book of Baltimores casting

Le Livre Des Baltimore de Joël Dicker : Déjà L’Adaptation Ciné ?

Est-ce que ça existe, le concept de déprime post-lecture ? S’il n’existe pas, il faut l’inventer pour certains auteurs que j’aime bien. Une fois le livre reposé, j’ai l’impression que les personnages m’abandonnent. Que je me retrouve seul au monde. Tous ces personnages avec qui j’ai passé des heures et des heures, qui ont filé comme des minutes à vrai dire.

Le Livre Des Baltimore de Joël Dicker est vendu comme étant “Le nouveau roman de Joël Dicker”. Pour sa fan base acquise avec son premier triomphe “L’affaire Harry Québert”, ça suffit. On lira le nouveau roman de l’auteur Suisse comme on allait voir le “dernier Belmondo” autrefois. Mes impressions sur “Le livre des Baltimore” de Joël Dicker.

Livre-des-Baltimore-couverture

La même couverture, le même format, le même héros que pour “L’Affaire Harry Québert”. Marcus Goldman est de retour. Le petit Markie nous entraîne dans un livre sur la jalousie. Si je devais parler de ce nouveau roman sans trop en dévoiler, je dirais que c’est un traité sur la jalousie. Ou qu’il aurait pu s’appeler “La Gloire de Mon Oncle” en référence à Marcel Pagnol.

On dit que toute la littérature, tous les films tournent autour de quelques concepts-clefs très forts. L’affrontement avec le père et la jalousie fraternelle suffisent ici à nous faire replonger dans une Amérique de 1960 à 2015.

Encore une fois, Joël Dicker va et vient entre les époques pour le deuxième épisode de sa trilogie.(Interview de l’auteur où il parle de son passé de mauvais élève, d’amour et d’argent ici).

De quoi parle Le Livre des Baltimore ?

Un Drame. Le DRAME pour Marcus, qui viendra briser toute une famille. Dès le début, on imagine assez bien la fin. Utiliser pour décor les Etats-Unis, c’est se donner la possibilité d’y mettre des armes à feu, du football américain, une ou deux tours jumelles. (Ne vous attendez pas à The Good Life de Jay Mc Inerney non plus…)

En vérité, j’ai tourné les pages pour l’histoire d’amour. Evidemment, il y a toujours une histoire d’amour, sinon à quoi bon vivre. Elle est belle, elle me parle, elle me fait même envie peut-être. Le Gang des Goldman, le père, l’oncle, la tante, Alexandra, surtout Alexandra.

En termes d’intensité, je ne vais pas vous mentir : ce n’est pas “L’Affaire Harry Québert” que j’avais dévorée en deux jours. Il m’a fallu quatre jours de repos dans mon lit pour en venir à bout (mais j’étais en train de décéder dans mon lit, donc la comptabilité n’est pas fiable.)

Au casting du film “Le Livre des Baltimore”

Quand je lis un livre, je suis obligé de donner vie aux personnages. J’ai besoin de les visualiser pour entrer dans l’intrigue. C’est ainsi que je m’attribue souvent le rôle de directeur de casting. Voici mon casting pour l’adaptation cinéma du Livre des Batimore, qui s’appellera “The Book of Baltimores”, what else.

Le livre des Baltimore Saul Goldman

Adaptation-livre-Baltimore-Dicker

J’en ai profité pour préparer le casting du Livre des Baltimore pour l’adaptation hollywoodienne. Autant vous dire que tout est réfléchi.

  • Marcus Goldman sera joué par un Ryan Gosling en méforme
  • Son cousin Woody : Chaning Tatum, il faut un mec solide.
  • Son cousin Hillel : Jay Baruchel fera l’affaire, #babtoufragile
  • Alexandra : Rachel McAdams (il faut une fille plus âgée… Sinon j’aurais engagé Emma Stone, évidemment)
  • Saul Goldman sera interprété par Mandy Patinkin, l’interprète de Saul Berenson (c’est plus facile dans ma tête que Saul Goodman). Ou Robert de Niro, si vraiment vous y tenez.
  • Luke pour finir. Jon Berthal sera parfait dans le rôle.

Pour vos prochains castings, n’hésitez pas à me contacter, je fais ça par plaisir.

Bonne lecture, bon dimanche à tous !

Sélim, directeur de casting imaginaire.

2 comments on “Le Livre Des Baltimore de Joël Dicker : Déjà L’Adaptation Ciné ?”

  1. Je pense qu’ils vont d’abord regarder si l’Affaire Harry Québert a fonctionné.
    Si ça a été un succès financier, et un succès critique.
    Et peut-être qu’ensuite, ils envisageront la production des Baltimore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *