Le vendredi, c’est Laure qui conduit.

Aujourd’hui, les hommes plus réservés prennent leur revanche. La patience, ça paye. Il paraît.

Laure nous raconte comment un garçon pas macho pour un sou l’a séduite. Laure rêve de mariage, de bébés, enfin c’est ce qu’on ressent quand on se promène sur son blog de fille, What1girlwants. Bon week-end !

Je venais de me faire plaquer quelques temps auparavant par un mec qui avait pour habitude de ne jamais me dire quand je faisais quelque chose qui n’allait pas. J’étais du genre super jalouse et possessive à l’époque, et comme il était très secret ça n’arrangeait rien. Du coup forcément au bout d’un moment il n’a plus tenu et m’a poliment remerciée.

Pas vraiment de chagrin d’amour, la situation m’énervait aussi, mais un gros coup à l’égo, accentué par le fait qu’il s’est ensuite mis en couple avec une amie qui était encore plus jalouse que moi.
J’avais perdu une grosse partie de ma confiance en moi, je ne sortais plus vraiment et je passais mon temps derrière mon PC.
Un jour, je suis tombée sur un forum musical tenu par deux gars potaches, geeks, mais surtout très sympas. On s’est bien entendus et on se parlait de temps en temps par MSN, ils me permettaient de penser à autre chose, et la barrière d’Internet était rassurante.
Il y en a un avec lequel j’ai bien plus accroché que l’autre, Mat, et avec lequel je m’étais mise à parler quotidiennement. On a alors commencé à parler de nos vies respectives, et naturellement je lui ai un peu raconté ma situation, comme je l’aurais raconté à un ami. Enfin plutôt à une amie…parce qu’en tant que garçon ça aurait pu le gaver que je lui raconte mes peines d’égo blessé, mais non. Il a été patient, m’a rassurée, m’envoyait des sms gentils pour me dire que mon ex était un connard, bref exactement ce que j’avais besoin d’entendre.

Lui de son côté était du genre plein de potes, mais seul affectivement, pas franchement un coureur et surtout avec une très basse estime de lui même. La fois où je lui ai demandé une photo, il a hésité et me l’a finalement montrée en précisant « je te préviens je suis moche! ». Et j’ai franchement pas trouvé, bien au contraire. Je suppose que ça lui a redonné un peu de punch parce que par la suite il s’est mis à m’envoyer des vidéos d’avec des potes où il apparaissait, on se parlait par webcam et le courant passait plus que bien.
Il avait de petites attentions, du genre m’appeler quand une chanson que j’aimais beaucoup passait dans la boîte où il était, des trucs mignons et un peu gauches mais qui me faisaient plaisir.

Petit à petit, à force de me sentir appréciée et au centre de ses préoccupations, ma confiance en moi s’est regonflée et je ne pensais plus du tout à mes histoires passées.

Nos discussions par Internet ont duré 5 mois, quotidiennement, en prenant notre temps pour nous connaître. Il n’était pas du tout séducteur ni sûr de lui, bien au contraire, mais il a fini par me dire qu’il avait envie qu’on se voit, et pas pour faire ami-ami. Il avait été gentil, drôle, très patient et avait eu l’intelligence de m’écouter, tout en prenant soin de me montrer petit à petit que je valais quelque chose. J’ai donc dit oui sans hésiter, et je suis partie passer une semaine chez lui, à 250km de chez moi, sans forcément savoir dans quoi je m’embarquais, mais c’était devenu une évidence.
Et ce qui m’a confirmé cette envie, c’est que lors de ce séjour, alors que j’ai émis une pointe de jalousie et fait ressortir mes vieux démons, il m’a dit ce que je garde encore aujourd’hui comme une leçon: « il n’y a rien de pire que d’éveiller des soupçons alors qu’on a rien fait. Je ne suis pas du tout le genre de mec à aller voir ailleurs, par contre si tu me prends la tête pour rien, je vais avoir envie de le faire, histoire que tu sois jalouse pour quelque chose ». C’était cash et ça aurait pu me vexer mais non: il savait que je sortais d’une relation où aucune limite ne m’était fixée et dans laquelle je me suis noyée, et là il a directement posé les bases. Bref il avait tout compris sur moi. Et depuis je ne suis plus jalouse sans raison, c’est quand même vachement reposant!

L’analyse séduction du coach :

1 / Cracher sur ses concurrents. C’est un peu comme de la publicité comparative. On a le droit d’en faire, mais pourquoi citer l’adversaire, alors qu’on pourrait se contenter de se mettre en valeur. A quoi bon descendre un gars que vous ne connaissez pas ? Comme Laure le dit si bien, il m’écoutait comme une amie. Là, pour un vrai gentleman célibataire, c’est carton rouge. Cracher sur l’autre, c’est prouver que vous n’avez pas suffisamment confiance en vous. Concentrez-vous sur votre mise en valeur, sur l’écoute de votre future chérie, mais laissez les jugements négatifs aux autres. Aux filles et aux mecs flippés. Il se trouve que c’est ce qu’elle avait envie d’entendre à ce moment-là, bon timing. Mais stratégie risquée, non recommandée. A quoi bon perdre du temps à parler du méchant ?

2 / La patience : 5 mois. Solide. Là on voit que le héros du récit s’engage dans un processus de séduction durable. 5 mois, c’est

A : beau, probablement le temps dont elle avait besoin.

B : long, et ça permet de vraiment connaître la personne.

C : La peine de prison avec sursis d’Hacker Croll, le type qui avait joué avec les comptes d’Obama sur Twitter.

La séduction ne prend pas 5 secondes contrairement à ce que certains aimeraient vous faire croire. Ça se construit. Ça prend du temps. C’est permanent. Un bel exemple de persévérance. Sur votre chemin de l’apprentissage de la séduction, ne vous arrêtez pas au premier obstacle.

3 / Quand c’est l’heure, c’est l’heure. Ben ouais. Après 5 mois d’attente, on ressent la masculinité du propos. Ils ne vont pas se voir pour “faire ami-amie”. Certains de mes clients sont piégés dans la “case ami“, la “friend zone” comme disent les Yankees. Tu es un gars cool, tu sais écouter, tu mets les filles à l’aise, mais il manque l’animalité. L’aspect sexuel. Arrive un moment dans la conversation où l’homme doit indiquer son intérêt sexuel pour la dame. Ainsi, si elle se déplace, elle sait pourquoi elle le fait. Il ne ment pas, il annonce la couleur. Au final, c’est toujours la femme qui choisit. Pourquoi mentir sur ses intentions ?

4 / Les petites attentions. Infiniment plus importantes pour elles que pour nous. “Attentifs ensemble”. Vous l’entendez tous les jours et pourtant… Vous pourriez faire tellement mieux en lui envoyant un petit message de temps à autre. Une photo amusante par mail. Une photo prise sur le vif avec votre téléphone pour partager l’instant avec elle. Le risque : en faire trop. Modérez vos efforts, soyez présent au bon moment. Soyez pertinent.

5 / Le meilleur pour la fin : l’humour. Lorsqu’il envoie sa photo. “Je te préviens, je suis moche”. Savoir rire de soi, c’est important. On peut aussi voir le côté machiavélique : il sait qu’il vaut 6/10, il se fait passer pour moche (entre 1 et 3), elle s’attend à moins, et au lieu de tomber sur un vilain, elle tombe sur un presque beau gosse. Bien joué !

2 comments on “Le vendredi, c’est Laure qui conduit.”

  1. Très bonne analyse coach! J’avais pas pensé au plan machiavélique genre je te dis que je suis moche pour que tu te dises “aaaah mais nan en fait!”. C’est pas con du tout…

  2. J’adore ! Et félicitations au jeune homme qui, comme dirait S., n’est pas resté dans la “friendship zone” pcq même si le garçon est un peu timide, il n’en reste pas moins qu’il sait ce qu’il veut et qu’il le dit !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *