ANthony Jeselnik special Netflix

Le retour du rire : 2 shows qui m’ont fait marrer récemment

En ce moment, je vois ma femme pliée de rire devant son téléphone : elle suit des comptes de personnes visiblement très drôles sur Instagram.

Le souci, c’est qu’elle me les montre (je suis curieux), et qu’une fois sur deux, je ne ris pas. C’est dommage. Le sens de l’humour, malheureusement, nous n’avons pas tous le même.

J’écris malheureusement, mais c’est peut-être mieux ainsi car quand je vois ce qui me fait marrer, c’est soit des jeux de mots idiots, soit de l’humour vraiment noir, violent, pas inclusif du tout (bah ouais…), soit des gamineries.

En cette journée mondiale du rire, et parce qu’il est important de rire pour rester en bonne santé, j’ai écrit ce court post pour partager avec vous mes deux derniers éclats de rire.

Promis, vous n’êtes pas obligé de rire, et je ne vous jugerai pas si vous restez insensible à l’un ou l’autre des deux programmes.

Par le passé, les gars qui m’ont fait rire :

Eric & Ramzy, (mon panthéon des jeux de mots pour toujours, Les Mots, reste imbattable)
Les Nous C Nous (j’étais au lycée à l’époque).

J’ai évidemment été bercé par l’humour de TF1 et Canal+ des années 80-90, entre les Inconnus et les Nuls.

Mais à la sortie du lycée, j’ai traversé un trou noir (les études) avant la vague du stand-up qui a déferlé sur Paris et la France.

En live, Fabrice Eboué était très bon et incisif en 2013 (j’ai oublié le titre de son spectacle). A la même époque, Thomas Ngijol me faisait grandement marrer.

Mais il y en a trois qui pour moi sont au-dessus du lot.

Les trois tueurs à gages : Pierre-Emmanuel Barré, Khaïron et Gaspard Proust. Ils me manquent tellement, ces trois-là.

Et depuis, je traverse un désert de médiocrité et de gentillesse, et je vois trop de spectacles qui ne me font pas rire. Pas rire assez. Je souris. Je ris une ou deux fois. Mais j’ai la sensation que mon top 3 est intouchable.

J’ai bien évidemment vu Fary, Fadily Camara, j’ai vu sur scène les bons Marina Rollman et Roman Frayssinet et même Blanche Gardin à l’Européen.

Une bonne soirée de Kyan Khojandi était super bien écrit, et j’ai ri aussi, comme j’ai ri devant Manu Payet pour son one man show Emmanuel (jetez-y un oeil, ils sont disponibles sur Canal+).

Et j’avais été agréablement surpris lors du premier spectacle du jeune Panayotis Pascot (je vous le recommande).

Mais rien ne me tord de rire comme mon top 3.

Et le rire aux US ?

Côté US, j’ai vu tous les Dave Chapelle, j’ai ri devant Ali Wong : Baby Cobra que je vous recommande.

Je me suis gentiment marré devant Seth Meyers (qui raconte l’accouchement de sa femme dans le hall de son immeuble), mais je me suis fermement ennuyé devant Aziz Ansari, Kevin Hart et d’autres dont j’ai oublié le nom.

J’ai le souvenir d’un super bon démarrage du show d’Ellen DeGeneres, parce que le titre était fort : Relatable. Un show avec un tel titre, qui commençait par une vanne sur la longueur de sa maison, c’était un démarrage inattendu.

A Los Angeles ou NYC, j’ai vu une quantité monstre de shows au Comedy Cellar, à la Laugh Factory, au Comedy Store (j’ai eu la chance d’être là un soir, quand le producteur Judd Appatow remontait sur scène. Mais c’était moyennement drôle, comme les comédies de Judd Appatow depuis un moment.)

Et récemment, alors ?

Mes deux recommandations pour rire en mai 2021

La première est un one man show disponible sur Netflix. C’est un sniper de la vanne. Il n’y a pas une phrase gentille dans son spectacle, n’en cherchez pas.

Il s’appelle Anthony Jeselnik, et son show s’intitule Fire in the maternity ward.

Si les 5 premières minutes vous font rire, alors je serais heureux de lire VOS recommandations. Ça veut dire qu’on a à peu près le même genre d’humour.

La seconde, c’est le show diffusé sur Amazon Prime Vidéo qui s’appelle LOL. Rien à voir avec le film du même nom.

LOL : Qui rit, sort est un format adapté qui nous vient du Japon. 10 stars de l’humour français, enfermées dans une même pièce avec une seule consigne : ne pas rire.

Celui qui rit prendra d’abord un carton jaune (validé par la VAR comme au foot), puis s’il rit à nouveau, prendra un carton rouge. Le gagnant sera celui qui a l’issue des six heures d’enfermement n’aura pas ri.

Le casting de ce jeu présenté par Philippe Lacheau est très efficace :

  • Un Gérard Jugnot pour les abonnés les plus âgés,
  • Une Alexandra Lamy pour les quadra-quinqua,
  • Et un gros contingent Canal+ (Kyan Khojandi qui, comme il fallait s’y attendre, brille dans ce format, Berengère Krieff, Hakim Jemili et sa femme Fadily Camara, Tarek, Julien et Reem de la Bande à Fifi).
  • Et pour toucher les plus jeunes, ceux qui n’ont pas le budget pour accumuler OCS, Netflix, Amazon Prime Vidéo et Canal+, l’humoriste qui attend des paillettes dans sa vie, Inès Reg.

Cœur de cible : les 30-40 ans à mon avis, et je me suis marré comme un idiot avec des blagues de zizi.

Promis, no spoilers : même si les épisodes sont inégaux, allez quand même jusqu’au dernier épisode.

Un grand bravo à tous les participants qui ont su se contrôler pour ne pas rire : j’ai eu beaucoup de mal à m’empêcher de rire et sourire devant le show !

Et vous, récemment, vous avez vu quoi qui vous a fait marrer ?

Sélim, à la recherche de la nouvelle star du rire

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des films, des campagnes de pub aussi. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne (forbes.fr, glassdoor.fr, artdeseduire.com, les-mots-magiques.com), mais j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *