Minou tout doux Veet

Le chatalogue enfin disponible

Comment rassurer sa copine ? En parlant de manière ouverte de bite, chatte, cul ? Lors de mes conversations avec les filles, j’aime bien les tyranniser sur un point particulier. C’est ridicule, mais ça me fait rire. On parle souvent de la forme de nos organes génitaux. Souvent, pas tous les jours, mais ça nous arrive. C’est au cours d’une de ces discussions que j’avais pour la première fois parlé d’une “moche chatte”. Ça arrive. C’est comme les bébés, il faut arrêter de se mentir, tous ne sont pas beaux à voir. Faut-il être inconscient et dire aux parents du nouveau-né que vraiment, leur enfant n’est pas beau ? Non, cela s’appelle de l’intelligence sociale, de l’intuition sociale. Ca ne se fait pas. On sourit poliment, et on souffre en silence.

Et les chattes, alors, me direz-vous ? Nous autres les garçons avons la chance de pouvoir faire des combats de cocks très tôt. Ah, le fameux complexe du vestiaire… Jouer au football avec tous ces “grands Blacks” chers à notre FFF nous incite très vite à comparer nos zizis sexuels comme dirait Titeuf. On sait dès l’adolescence à quoi ressemble une grosse bite, un sexe en forme de tour Eiffel ou de champignon. On sait qui a un piège à filles, qui fera crac boum hue…Mais les filles ? Officiellement, on lit ça et là que les filles n’ont pas de point de comparaison…

Je ne supporte pas le mensonge. Qu’est-ce qui les empêche de comparer leur minou tout doux (ahahah) lors de soirées pyjamas, ou de prendre des photos, même ? Elles ne veulent pas comparer par peur de ? Par peur de quoi exactement ? Du coup elles se comparent les seins, les fesses, l’épaisseur du maquillage pour couvrir les boutons, etc… Les filles sont dures entre elles, je vous jure…

le vajazzling
Vajazzling : pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ?

Lors d’une discussion, j’avais donc promis de préparer un chatalogue pour expliquer ce qu’était une belle chatte et une moche chatte. Sous forme d’un Powerpoint, j’envoyais le fruit de mes recherches à des amies. Non pas pour les inciter à des labioplasties, ni autre vajazzling. Pour qu’elles connaissent le marché, simplement. Pour qu’elles voient sur quoi on tombe, nous les hommes, de temps à autre.

Je ne suis donc pas le seul à avoir eu cette idée folle de chatalogue. Un sculpteur anglais, Jamie McCartney a travaillé pendant 5 ans sur une oeuvre destinée à changer le regard des femmes sur leurs corps. La muraille de chattes, c’est 400 moules de moules. Des femmes de 18 à 76 ans ont accepté de se faire mouler l’entrejambe pour la bonne cause.

La première bande-annonce du projet date de 2009 :

The Great Wall of Vagina : Trailer from James Lane on Vimeo.

La bande-annonce “The great wall of Vagina” pour l’exposition actuelle, qui a lieu du 6 au 31 mai 2011 au Brighton Festival Fringe.

Le coach en séduction se demande : “A quand la grande muraille de pines” ? pour décomplexer les hommes, leur montrer à eux aussi qu’ils sont normaux ?

Source : Antoine Lagadec pour Minutebuzz

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des pages de vente, des campagnes de pub aussi : je suis Sélim Niederhoffer, copywriter et coach en copywriting. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne, pour forbes.fr, glassdoor.fr, les-mots-magiques.com, et j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi. Mon dernier livre, Le Guide du Copywriting, est paru aux Editions Eyrolles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *