Ladies room et le troc de plan cul

Jeudi dernier j’ai passé une très bonne soirée. C’était un entraînement mondain. Je n’aime pas vraiment sortir, dans la vraie vie je préfère lire des livres, tu peux passer du Stabilo dessus, alors que sur les vrais gens c’est plus compliqué.

Mais là, on m’avait concocté un programme digne de l’île de la tentation. 5 soirées en une. D’abord, je devais aller voir les copines LadiesRoom qui lançaient une appli pour IPHONE. Même pas Androïd. Garces…

Warning : appli n’a rien à voir avec applicateur, qu’on se le dise.

L’appli Dressing Room sur Iphone a pour but d’aider les filles à jouer à la marchande.  En photographiant le contenu de leurs penderies, elles alimentent une base de données géantes. Elles attribuent ensuite un prix à l’objet qu’elles viennent de photographier, et peuvent être contactées par des milliers d’acheteuses potentielles.

Immédiatement, on s’est demandé comment adapter cette idée à l’univers de la séduction. Ça ressemblerait trop à un mauvais site d’escort-girls, on a lâché l’affaire. Et pourquoi pas du troc ? Plutôt que de draguer sur adopteunmec, j’ai eu une idée…

Tout part d’une observation. Les mecs en général, ceux qui en ont beaucoup, se fichent éperdument de leurs plans culs. De savoir avec qui elles couchent. De savoir si un ami à eux couche aussi avec elles.

Entre garçons, la question du plan cul n’est pas un problème. J’ai entendu dire que certains hommes ne seraient pas jaloux de voir leur sex-friends dans les bras d’un ami. Ce n’est pas l’officielle, ça ne compte pas. Pas de sentiments impliqués.  De “Ouais, vas-y, tu peux y aller” à “Tu veux que je te la présente ?”, tout est possible.

Alors que chez les filles, un plan-cul ça ne se prête pas. Toujours ce besoin d’unicité, d’appropriation. Elles ne sont toujours pas passées en mode collaboratif. Les filles ne sont pas encore assez 2.0. Alors que l’homme est là pour faire plaisir à tout le monde, les femmes refusent à leurs copines le droit de jouir. Comme si le sexe était une ressource limitée

Et après ça ose parler féminisme, “madame” et “mademoiselle”. Il y a vraiment des sujets plus importants. Tant que les filles se comporteront comme ça, je ne pourrais pas lancer l’appli “Troc de plan cul”. Ça me chagrine, vous n’avez pas idée…

Je quittais cette soirée plein de désespoir, mais j’avais bu de l’Ice Tea et avalé deux fraises Tagada, j’étais prêt pour la suite : l’ouverture de la Terrassa Martini à l’Opéra Garnier.

Published by Sélim Niederhoffer

J'écris des livres, des mails de vente, des films, des campagnes de pub aussi. Si vous me cherchez, je suis probablement en train de lire devant la cheminée avec des bretzels. J'écris beaucoup en ligne (forbes.fr, glassdoor.fr, artdeseduire.com, les-mots-magiques.com), mais j'ai aussi été publié en papier chez Technikart et Playboy. Hobbies : faire du paddle, courir, et mettre du parfum même quand je suis tout seul chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *