Glory Hole : FATAL contre Killian Arthur.

Vivre à Paris, c’est la plus belle chose qui puisse vous arriver au monde. Loyers démesurés, gens pressés et stressés, boulangers qui vous dévisagent quand vous leur demandez trois chocolatines svp…

Mais vivre à Paris, c’est surtout l’immense bonheur puéril de côtoyer des staaaaaaars du show-business, des média, de la pub, des chanteuses, des actrices. Imaginez si on m’avait dit à 9 ans qu’un jour je passerai une soirée à analyser la technique de roulage de pelle de Patrick Puydebat, alias Nicolas dans Hélène et les Garçons ? Si on m’avait dit que je passerais une soirée à discuter de Jérome le Banner avec HPG ? Ca fait beaucoup de name-dropping…

Si on m’avait dit qu’un jour je verrais Michael Youn chopper une serveuse et me griller la priorité aux toilettes pour en ressortir 3 minutes après ? Avec elle, oui.

Lors de cette même soirée en 2007 me fut donnée la chance de rencontrer les PASSYMAL. Mais si, souvenez-vous. Fin 2007, des jeunes gens issus des beaux quartiers attaquaient Fatal en reprenant à leur sauce le Auteuil Neuilly Passy des Inconnus. Oui, grosse soirée en termes musicaux, entre Fatal et les Passymal. Le trio comptait notamment MC CLAUDE HENRI, le jeune à la mèche et l’esprit ghetto. Dans la vraie vie, il sait aussi écrire.

Trois ans plus tard… Si tout le monde veut flinguer Fatal sur Twitter, Killian Arthur (le vrai nom du MC) est lui passé à la vitesse supérieure avec la publication de son premier roman Glory Boom, dont voici le pitch :

« Au cours des trois derniers mois, j’ai fait deux fois la couverture de People. En tapant mon nom sur Google, on obtient six millions de résultats. Je suis français, américain, japonais, brésilien, mondial. Je suis un it boy. Je suis une putain de star. Et qu’ai-je fait pour en arriver là ? Rien. Je suis quelqu’un qui ne fait rien. Ma contribution au monde est nulle. Alors j’imagine que j’ai eu de la chance, mais un détail me tracasse quand même : il paraît que l’homme est la somme de ses actes. Or cela ne peut signifier qu’une chose : je n’existe pas. »

À 27 ans Avril Alken est ce que notre époque a produit de plus fascinant, c’est-à-dire le pire : une célébrité sans talent, un artiste sans art, un monstre sacré par Youtube. De Londres à Hollywood en passant par Las Vegas, sa confession nous invite à le suivre au pays des merveilles, où fiction et réalité se confondent sous l’effet des flashs, des pilules et des étranges menaces de mort qu’il reçoit.
Une fresque pop, trash et palpitante. Le portrait d’une génération qui rêve d’entrer dans l’histoire sans en écrire une ligne : celle du Glory Boom.”

Pourquoi faut-il le lire ? Parce que la couverture est sympa. Ah, ça ne suffit pas comme explication ? Parce que comme l’annonce le titre, on n’a rien à attendre de ce livre. Le vide. La recherche de la célébrité à tout prix, sans aucun fond. The Fame Monster de Lady Gaga. La suite logique de sa phrase “Comme un Voici privé de Paris Hilton“. Nous remercions la télé-réalité et vous souhaitons une agréable après-midi. Phénomène littéraire, on va en parler autant que Lolita Pille et qu’Emma Becker.

Conseils de séduction : n’hésitez pas à aller aborder toutes les filles que vous verrez avec ce livre à la main. La conquête devrait certes être plus difficile que face à une lectrice de Marc Lévy, mais à peu près équivalente à celle d’une lectrice de Beigbeder. Ce qui est déjà pas si mal.

2 comments on “Glory Hole : FATAL contre Killian Arthur.”

  1. Glory Boom: ce livre me semble complètement pompé sur “Tom Cruise m’a volé ma vie” publié chez Flammarion il y a quelques années. Attention au recyclage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *