Gemma Bovery : C’est beau, very !

Jeudi soir, 4 septembre. Eh merde, c’était l’anniversaire de mamie. attendez, je reviens, le temps de lui envoyer un texto. Je me souviens de sa date de naissance parce que c’est historique, il s’agissait de la proclamation de la IIIème République Française, en 1870. Pour la plupart des fans du monde entier, c’était surtout l’anniversaire de Beyoncé. Pour moi, c’était l’heure du rendez-vous avec Gemma Arterton, pour l’avant-première du film Gemma Bovery.

Le nouveau film d’Anne Fontaine, la réalisatrice notamment de Coco avant Chanel et de Perfect Mothers en 2013 nous emmène en Normandie, autre terre historique française (après l’Alsace de ma grand-mère, suivez un peu…) Si la cathédrale de Rouen et la campagne normande sont certes visuellement agréables, c’est avant tout la beauté de Gemma Arterton qui coupe le souffle dans le film Gemma Bovery

GEMMA BOVERYRéalisé par Anne Fontaine

Une scène d’ouverture de Fabrice Luchini qui fait mouche : Parisien qui fait pénitence à la campagne. Il essaie de redonner du sens à sa vie, a quitté la capitale pour devenir boulanger et a l’air de bien s’emmerder avec sa femme et son fils débile (mention géniale pour l’acteur qui joue le fils adolescent, un vrai génie du LOL).

La monotonie de sa vie chamboulée dès le jour où les époux Bovery emménagent dans une vieille bicoque à côté de chez lui. Impossible pour cet ancien lettré de ne pas remarquer la similitude entre le nom de sa nouvelle voisine, Gemma Bovery, et l’héroïne de Flaubert. Je ne vous fais pas l’affront de vous expliquer de qui je parle, on est d’accord ?

Pour une fois, vous pouvez regarder la bande-annonce sans risque de spoilers.

Le boulanger joué par Luchini s’ennuie depuis trop longtemps, il a besoin de mettre en scène quelque chose, quelqu’un, il attend que quelque chose se passe, et Gemma va être l’étincelle dont il avait besoin pour sortir de la routine, pour laisser le dramaturge en lui s’exprimer.

Vous connaissez vous aussi probablement dans votre entourage des personnes qui veulent se mêler de tout, tout le temps : le personnage de Fabrice Luchini est bien plus pervers, agit en toute discrétion pour venir ruiner la vie de sa nouvelle voisine britannique…

Gemma Bovery : un film sur l’impossible transparence au sein d’un couple, un film sur l’ennui qui ronge, sur l’insatisfaction chronique.

Alors oui, vous pouvez aussi lire Madame Bovary, mais ce serait moins drôle : vous ne verriez pas l’amazing grace qu’est Gemma Arterton, qui réussit à éblouir encore plus en belle des champs pour Anne Fontaine que dans Quantum of Solace (2008) ou (plaisir coupable avoué) St Trinian’s (2007)…

GEMMA BOVERY

La caméra d’Anne Fontaine se fait caresse sur les robes et les épaules de Gemma Arterton, et lorsque la salle se rallume et qu’on sort, on en demande encore…

Gemma Bovery est adapté du roman graphique de l’auteure anglaise Posy Simmonds, à qui l’on doit également Tamara Drewe, adapté sur grand écran en 2010 avec Gemma Arterton dans le rôle principal. On ne change pas une équipe qui gagne…

D’intéressantes anecdotes sur le film ici !

Gemma Bovery d’Anne Fontaine avec Fabrice Luchini et Gemma Arterton, sortie en salles le 10 septembre.

(Sinon, au cas où : je cherche de nouveaux yeux, je me les suis crevés après LUCY de BESSON. On m’avait pourtant prévenu… J’ai vu Hippocrate aussi aujourd’hui, cool si vous avez de la famille dans le milieu médical. Un poil longuet, mais la prestation de Reda Kateb vaut le coup d’oeil.)

Bon dimanche à tous !

Sélim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *