Domenech vs Casillas : leçon de séduction ibérique

Ou comment séduire à l’hidalgo. Non, pas séduire Anne Hidalgo. Quoi que. Mais on verra plus tard comment on doit s’y prendre. Aujourd’hui, j’ai envie de rendre hommage à un homme courageux qui se fout du Kant dit raton.

J’ai nommé Iker Casillas. Je vois les critiques poindre : mais depuis quand l’Espagne c’est classe ? A part Antonio Banderas, il n’y a pas de piège à filles sous les Pyrénées. On est d’accord sur ce point. Des coupes de cheveux impossibles, une sacro-sainte habitude de brailler, non, vraiment l’Espagne ce n’est pas possible.

Cela dit, hier soir, le capitaine espagnol a fait fort. Iker est beau, Iker est grand, Iker a de bonnes notes dans FIFA2010. Mais après la défaite contre la Suisse en début de parcours, les critiques fusèrent. On lui reprochait de ne pas être au top, d’être distrait à cause de son histoire d’amour avec une journaliste présente en Afrique du Sud. Les média, les dirigeants du Real en rajoutent une couche. L’employeur de madame la soutient. Elle couvrira l’évènement, quoi de plus normal  ?

Iker brille en finale, Iker sauve son équipe. Il soulève le trophée. A la suite d’une interview qu’il donne à sa petite amie Sara Carbonero (tout un programme), il l’embrasse. Instinctivement. Impulsivement. Ce n’est pas un baiser de cinéma. De ses grandes mains de portier il lui prend le visage à deux mains et l’embrasse comme si le reste du monde ne comptait plus.

Deux choses différencient Casillas de Domenech : Casillas a sa belle à côté de lui. Ce n’est pas une demande en mariage, c’est un baiser. Il a la spontanéité pour lui. L’animalité du geste.

Le deuxième point, c’est que Casillas sort vainqueur de la compétition. Et qu’au vainqueur on pardonne son élan amoureux. Connaissant Domenech, on se dit simplement que sa demande en mariage en direct après une défaite, c’est une piètre stratégie de diversion…

Leçon de  séduction du jour : être un homme, c’est assumer. Assumer ses erreurs. Assumer son amour publiquement. Et laisser parler les détracteurs qui vous crachent dessus. Iker, tu gères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *