Couvre chef, le bonnet Made in France qui réchauffe

Je n’aime pas avoir des trucs sur le front, ni sur les cheveux. J’aime bien être libre… mais face au froid, je suis impuissant, je me rends, je porterais tout ce que vous voulez pour me couvrir, surtout après avoir perdu mon précédent bonnet à Stockholm…

En ouvrant ma boîte mail, je tombe sur un mail d’une ancienne collègue, aujourd’hui reconvertie dans la propagande pour les bonnets. « Clique et découvre la marque de bonnets made in France tricotés main Couvre Chef ! » J’ai fait les boutiques pour racheter mon ancien bonnet, il n’existe plus. Couvre-chef est arrivé au bon moment…

Collection Couvre Chef Bonnets france

Toujours une question de timing tout ça… Mon premier bonnet, un gris, Ralph Lauren, avec un logo minuscule rouge bordeaux, acheté aux Galeries Lafayette rue Sainte Catherine en 2001 à Bordeaux. Subtilisé par un ancien colocataire (et je sais lequel). Mais ça me faisait plaisir de l’aider à camoufler ses cheveux…

J’ai ensuite reçu en cadeau un adorable bonnet pour lutter contre le froid de Vienne, de Paris, de Copenhague. Un très beau bonnet gris et noir Fred Perry, avec un pompon. Qu’il repose en paix. Sur cette photo, vous le voyez heureux se promener dans le musée ABBA à Stockholm.

BONNET-SELIM-NIEDERHOFFER-STOCKHOLM

Il a été aperçu pour la dernière fois au musée Fotografiska le lendemain… perdu à jamais. Je vais remettre des étiquettes dans mes vêtements, au rythme où je les perds (je vous raconterai ultérieurement la perte de ma paire de gants, à Stockholm toujours… Oui, j’ai failli finir à poil là-bas, et ne jamais revenir.)

Les bonnets Couvre Chef

Quand j’ai vu les prix, j’ai failli m’étrangler. Je trouvais ça un peu cher pour des bonnets. Mais je me suis fait avoir par le marketing, je ne suis qu’une victime et la qualité est au rendez-vous.

Le cuir vient d’Alsace (la maison !), la teinture artisanale est réalisée en Creuse (la maison aussi !), la création et finition des pièces s’effectue à Paris (la maison ultime). Les moutons Mérinos sont élevés dans les Hautes Alpes et le tricot « par des petites mamies » artisanal provient d’Eure-et-Loir. J’ai décidé de commander un modèle Couvre Chef Antoine. En me promenant sur le site de Couvre Chef, je m’aperçois que les modèles portent le bonnet avec la pièce en cuir sur le côté… J’ai encore tellement à apprendre.

J’ai longtemps hésité entre le Antoine et le Alexandre. Il y avait une maille plus grosse. Les trolls viendront demander pourquoi aucun Sven, Mourad ou Xin-Pin dans les modèles, un peu comme une polémique sur les canettes Coca-Cola… J’aime bien l’idée. Tant pis si jamais aucun bonnet ne porte mon nom, je me le tricoterais moi-même quand je serai vieux. Vous croyez que je peux ressembler à un hipster si je garde juste la moustache ?

Couvre-chef-Paris-Selim-Niederhoffer

Sur les internets, rendez-vous sur www.couvrechefparis.com, chez Les Petits Frenchies, ou sur Facebook et Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *