le doute m'habite

“Coach, mais tu ne doutes jamais ?” Réponse à Jérôme

Récemment, un de mes clients en coaching en séduction m’a envoyé ce texto : Coach, comment tu gères les phases de doute ? Quand ça ne va pas bien ? Quand tu n’es pas sûr ? D’ailleurs, est-ce que tu doutes parfois ?

J’ai bien entendu pris le temps de lui répondre, et je me suis dit que j’allais partager avec vous ma technique pour ne pas céder au doute plus de 5 minutes.

Une réponse à lire… ou à écouter !

Le doute est évidemment présent dans ma vie, dans tous les domaines. J’ai longtemps été une grosse victime du FOMO (fear of missing out : la peur de rater quelque chose). Pendant des années, je me demandais si l’herbe n’était pas plus verte ailleurs.

Au travail, avec les filles, dans le sport, dans les sorties. Puis un jour, j’ai compris la nécessité de l’engagement dans une voie.

Je pense vraiment avoir un cerveau normal : je ne suis ni zèbre, ni multipotentiel, je me trouve même très inculte sur certains sujets (les finances, la compta etc…)

Donc oui, j’ai douté, comme vous. Douté d’être avec la bonne fille. Douté d’avoir fait le bon choix de job alors que j’avais 3, 5, 10 autres possibilités.

Mais à trop attendre de faire LE BON CHOIX, on n’en fait aucun, et la vie défile. Va vite. Très vite. trop longtemps, j’ai laissé les choix aux autres, et je me laissais porter par le courant.

Face au doute, une seule solution : l’engagement… et la confiance en soi.

J’ai partagé avec Jérôme cet audio que j’ai dans mon téléphone. Chaque jour avant de travailler, soit je me mets cet audio de 4 minutes, soit je balance une chanson qui me motive vraiment.

Mon conseil : écrivez VOTRE texte. Celui qui vous motivera. Vous seul pouvez trouver les mots qui vous motivent face au doute.

Le texte original

Tout est facile pour moi, car j’avance avec un plan précis, vers un objectif précis.

Rien ne me fait peur : je sais ce que je veux, je sais que j’ai les ressources intellectuelles et l’énergie pour y arriver.

Je suis entouré de bonnes personnes qui me soutiennent et croient en ma vision. Elles me font confiance, tout comme je me fais confiance.

Je sais que les choses qui en valent la peine prennent parfois du temps, et je fais confiance au processus. Je ne prends pas de raccourcis, je n’essaie pas de tricher, je n’emprunte pas de chemin qui sont à l’opposé de mes valeurs.

Mes valeurs sont clairement définies, je les ai notées sur un document qui est toujours à portée de main. Ces valeurs me guident dans les choix les plus importants de ma vie : mes choix professionnels, et mes choix de vie privée.

Je fais du sport trois fois par semaine, pour rester en forme et atteindre des objectifs. Je sais que le sport est bon pour le corps, je sais que le sport est bon pour l’esprit et la créativité.

J’a confiance en l’avenir car j’ai déjà réussi de belles choses. J’ai produit des choses dont je suis fier. J’ai travaillé pour des entreprises que j’aimais bien. J’ai collaboré avec des superstars de leurs secteurs. Désormais, je dois me hisser sur la plus haute marche du podium : j’ai les yeux fixés sur le sommet, et je ne me laisserai pas distraire par quoi que ce soit.

Je n’écouterai pas les voix qui veulent me faire ralentir, ou m’envoyer sur d’autres chemins qui leurs correspondent.

Je n’écouterais pas ceux qui sont gênés, qui ont honte de mes choix et de mes objectifs. Je comprends leur point de vue, mais c’est leur problème, pas le mien. Ma seule mission est de poursuivre mon objectif en empruntant ma voie.

Je comprends aussi comment mon cerveau aime s’autosaboter et me mettre des bâtons dans les roues. Pour résister face aux doutes, je regarde mes objectifs, je regarde le chemin parcouru. Je m’aime, et j’ai confiance en ma capacité de travail, et en mes capacités intellectuelles.

Si je doute, j’ai toujours quelqu’un de positif à qui je peux parler. Je cultive mes relations, je prends soin des autres.

J’appelle mon cercle proche à la fréquence qui me convient, je prends des nouvelles de ceux qui sont là pour moi. Si j’ai peur, si j’ai l’impression de ne pas avancer, je regarde tout ce que j’ai déjà accompli, et je change mon état d’esprit.

Je ne laisse jamais le doute s’installer plus de 5 minutes dans mon esprit. Je m’autorise à hurler, à douter, à me plaindre tout en lançant un chrono qui dure 5 minutes.

Après ces 5 minutes, je me remets au travail en choisissant clairement un seul objectif. Je sais que la motivation vient en travaillant. Je sais que la motivation vient en voyant les premiers résultats.

Comme pour le sport : je fais confiance au processus. Je me construis une vie faite d’habitudes positives, qui m’aident à atteindre mes objectifs.

J’accepte le fait que de temps à autre, je prenne du retard parce que je ne peux pas tout contrôler.

Certaines invitations sont trop belles pour être refusées, parfois mes proches ont besoin de moi, parfois je suis fatigué et je sais écouter mon corps.

Pour ne pas accumuler le retard et atteindre mes objectifs, je prépare mon emploi du temps de la semaine le dimanche.

Dans cet emploi du temps, je fige tout ce qui est nécessaire dans ma vie pour que je sois heureux :

  1. D’abord le temps avec ma famille
  2. Puis Le temps pour mon corps, le sport et la méditation
  3. Et enfin Le temps de travail

Je prévois toujours une case pour l’imprévu car j’accueille la nouveauté avec plaisir, j’accueille les vraies opportunités et je suis prêt à les étudier, sans qu’elles ne m’écartent de ma destination, de mes objectifs.

J’ai conscience de mener une vie qui me plaît, loin des metro-boulot-dodo que j’ai fui. Je n’ai pas encore la vie parfaite, la vie dont je rêve, mais l’objectif est clairement défini.

La partenaire qui marche avec moi connaît mes valeurs et connaît mes objectifs et est là pour moi, tout comme je suis là pour elle.

Tout part de moi. Tout part de ma vision. Tout part de mon énergie, et de ma volonté de réussir ma vie selon mes propres termes. Personne ne peut me dicter ce que je dois faire.

Je n’écoute pas les voix parasites. Je suis en paix avec ma vision. Je sais vers où je dois aller.

Je sais que ce soir, je veux être fier de moi. Je sais exactement ce que je dois faire et produire aujourd’hui pour atteindre mes objectifs dans 3 ans.

J’ai identifié mes tentations, et j’ai mis en place des systèmes pour ne pas leur céder. Je crois en la loi de l’attraction, je crois en la valeur travail, je crois en moi.

Mon téléphone est en silencieux, mon corps est prêt : il est grand temps de démarrer cette journée.

A vous de jouer !

Sélim, votre coach pour atteindre vos objectifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *