Magic Mike XXL été 2015

5 films vus cet été : Ant-Man, Vice Versa, Magic Mike XXL

Face à cette canicule, mon remède préféré : les salles de ciné. Avant d’aller voir Magic Mike XXl et pleurer devant les abdos de Chaning Tatum, je suis allé voir les deux Disney et un Schwarzy pas au sommet de sa forme. Verdict : le grand gagnant, c’est bien évidemment Vice-Versa !

A prononcer VIS Versa, et non pas comme les Inconnus, Vicé Versa (si si, je vous promets que j’ai entendu des spectateurs demander des places pour VICE ET VERSA).

Vice Versa : les émotions au contrôle

Vice Versa

Quand j’avais vu le pitch, je me suis immédiatement dit que je DEVAIS aller voir ce film. Généralement, les films d’animation, ça me gonfle, c’est souvent exagéré, plein de bons sentiments, donc pas forcément ma came. Je voulais voir le dernier-né des studios Pixar pour le storytelling.

A l’instinct, après avoir écrit un article sur les six émotions primaires, je m’étais dit qu’on retrouverait les six émotions de base dans Vice-Versa. Que nenni. Les réalisateurs expliquent qu’en effet, au départ, les six émotions devaient figurer dans le film, mais ils ont décidé de fusionner deux d’entre elles (PEUR est un mix de Peur et Surprise, non présente dans le film)

Depuis la sortie du film, les articles sur la mémoire, les souvenirs et les émotions pullulent et on apprend que Paul Elkman en personne a briefé les équipes de Pixar ! Paul Elkman ? L’un des pionniers dans l’étude des émotions dans leurs relations aux expressions faciales.

Les débats sur le genre, le sexisme sont aussi très intéressants à suivre. #LesGens se demandent pourquoi deux des émotions de Riley, l’héroïne, jeune fille de 11 ans sont masculines, alors que sa mère n’a que des émotions féminines et son père que des émotions masculines. La réponse de Docter et Lasseter, à la réalisation : “Pour la comédie, et parce que quand on est gosse, tout est possible, on est moins bloqué dans nos certitudes, dans nos personnages”. (Réponse complète à lire ici).

Un film à voir, entre amis, avec votre amoureux-amoureuse-target, ou avec vos enfants. Les fans de développement personnel apprécieront l’importance, souvent niée ou minimisée, de la tristesse dans nos vies.

Taux de satisfaction : ça fait longtemps que je n’étais pas ressorti heureux du cinéma. 9/10 !

Terminator Genysis : pour l’amour de l’argent

Prouesse technique ? Pas vraiment. Intrigue ? On finit par tourner en rond avec ces histoires de boucles temporelles et d’espace-temps parallèle. Emily Clarke en Sarah Connor ? Elle fait ce qu’elle peut, elle n’est pas mauvaise mais… ce n’est pas Linda Hamilton.

Schwarzenegger ? Le comique du film. Malgré la tentative de validation par James Cameron “Ouais, allez-y, c’est bien…”, ça ne prend pas. Je me suis bien ennuyé devant ce Terminator en phase terminale… Déjà vu, et pas au niveau.

Taux de satisfaction : ça fait longtemps que je n’ai pas eu envie de me faire rembourser mon temps… 30 ans après, on a eu un nouveau Mad Max qui a donné envie à tout le monde. 30 ans après, on a un Terminator qui peine à convaincre. (Chiffres du box-office : “le pire démarrage pour un Terminator).

Ant-Man : la fourmi balèze

Uniquement pour les fans de l’univers Marvel et des super-héros. Les autres rateront les blagues, les références aux Avengers et au S.H.I.E.L.D. Plus fun que les autres, Ant-Man est une pièce maîtresse du calendrier des sorties Marvel pour les 3 ans à venir.

Paul Rudd a déjà tourné son prochain film en tant que Ant-Man, dans Captain America : Civil War, qui sortira dans les salles en mai 2016.

Taux de satisfaction : hâte de voir Civil War, une des meilleures histoires des Avengers. Même si ce qui m’intéresse le plus dans Civil War est l’intégration de Spiderman à l’univers Avengers…

Jurassic World

Pour la curiosité. Pas un de mes films cultes étant enfant, et celui-ci ne restera évidemment pas dans les mémoires en termes d’histoire ou d’intérêt. Nul. Zéro. Déjà vu. A l’heure où on sait faire des films comme Avatar, produire des films comme Jurassic World ne relève évidemment que de la logique financière, mais en aucun cas d’une démarche artistique.

Jouez sur la nostalgie 20 ans après le Park, et c’est parti. Par ici la monnaie. Un Omar Sy qui parle français une phrase sur deux (intéressant), une Jessica Chastain splendide avec ses cheveux version Crazy Horse, et Chris Pratt qui joue l’Alpha Male face à des raptors.

Deux scènes marquantes : Jessica Chastain qui endort un T-Rex sur un sprint. Crédibilité : 0%. Et une scène de FriendZone immense où un mec lambda veut faire ses adieux à sa collègue en jouant le héros.

Taux de satisfaction : pourquoi ? Même les séquences nostalgiques et l’évocation du Jurassic Park ne m’ont pas ému. Ah, pour la blague, les producteurs ont laissé la porte ouverte à un Jurassic World II. Monde de merde… Je vais au cinéma pour découvrir des histoires nouvelles, ou des traitements novateurs de ces histoires usées jusqu’à la corde. Là, rien de nouveau sous le soleil. A conseiller aux gamins entre 6 et 10 ans qui peuvent encore être fascinés par les dinosaures.

EDIT : je suis le pire blogueur du monde, qui n’a même pas fait les recherches sur le casting. Résultat : on me signale qu’il ne s’agit effectivement pas de Jessica Chastain mais de Bryce Dallas Howard, une actrice qui lui ressemble beaucoup trop.

Je ne suis pas le seul à m’être laissé piéger, la preuve !

Magic Mike est de retour

For one last ride ! Un dernier tour et puis s’en va. Magic Mike numéro 1 du nom faisait la part belle aux talents de danseur de Chaning Tatum. Pour le second volet, les analystes marketing ont fait leur job et… on conçu un quart du film pour l’audience noire américaine !

Magie des statistiques ethniques, interdites en France. Comment le savoir ? Le temps passé à danser dans la maison de Rome, jouée par Jada Pinkett Smith. Le nombre de danseurs noirs dans le film. Les playlists évidemment. Du gros niveau de RNB sensuel. (Pas du niveau de la playlist Summer Love dispo ici, mais pas loin). La manière que Rome a de s’adresser à son public, qu’elle appelle ses Reines.

Autre target marketing ? Les cougars, ou MILF, dur à décider ici, mais dans tous les cas, la présence d’Andie McDowell et de ses amies divorcées donnent clairement à la ménagère de 50 ans ce qu’elles veulent.

Dans la troupe de MAGIC MIKE, il y en a pour tous les goûts : Ken le lecteur de bouquins de développement personnel pour les WASP, Tito pour les hispanisants, Tarzan pour l’humour et le côté bourrin motard, Big Dick Richie pour les amatrices de grands bruns ténébreux, et évidemment Magic Mike en personne pour… pour tout le reste.

Pour se dépasser, pour cette dernière convention des entertainers masculins, Magic Mike XXL aide ses amis à révéler leur vraie personnalité. Finis les pompiers, les marins, les policiers qui se dénudent : Chaning Tatum pousse ses collègues à se mettre à nu dans la lumière, et en musique…

Taux de satisfaction ? N’y allez pas avec une fille, qui passera votre temps à vous toucher pendant le film. Si vous y allez entre potes, c’est bizarre aussi. Et tout seul ? Encore plus louche. Regardez la bande annonce, ça suffira ! J’y suis allé pour me motiver pour mon défi 30 jours de gainage, j’en suis ressorti à bloc !

Grand gagnant par KO, pour l’originalité, et mon film de l’été 2015 pour le moment : VICE VERSA !

Sélim, cinéphile du dimanche et des autres jours aussi.

4 comments on “5 films vus cet été : Ant-Man, Vice Versa, Magic Mike XXL”

  1. Merci Sélim !
    Perso, j’ai adoré Vice Versa que j’ai vu avec mes gamins. Les tout-petits auront du mal à tout comprendre mais ils régaleront avec les personnages très attachants.
    Le top, y aller avec sa fille de 11ans 😉

  2. C’est un beau panel ! Plusieurs sont à voir bien que je n’en aie vu encore aucun. “Antman” et “Jurassic World” sont les deux qui me tentent le plus : deux bons divertissements j’ai l’impression.

  3. J’ai vraiment aimé le Magic Mike … les amateurs de beaux hommes et belle musique vous avez besoin de regarder ce film est nécessaire. Même si vous ne l’aimez la danse érotique, ce film est sûr de faire fondre le cœur de votre scepticisme. Et je découvre l’acteur Matt Bomer (plus tard, je l’ai vu dans le film excellent “Normal Heart” )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *