10 questions à Florent Matray, fondateur de Douzaleur

« Courez décalé » nous prévient le site de e-commerce Douzaleur. Des potes runners, joggers, trailers, appelez-les comme vous voulez : ces mecs-là aiment courir en bande, pour le fun, et ont décidé de faire de leur passe-temps du week-end une marque créative de T-shirts pour suer et rigoler.

Interview d’un des deux fondateurs de la marque Douzaleur, Florent Matray.

Douzaleur logo Sélim Niederhoffer

Salut Florent, c’est quoi Douzaleur ? Pourquoi ce nom de marque, Douzaleur ?

Hello Sélim, très facile : Douzaleur c’est une marque de textile pour la course à pied alliant un design fun et décalé à un confort de course optimal.

On ne le sait pas forcément mais 12 kms/h est la vitesse de croisière de pas mal de runners ; les plus grands mathématiciens ont d’ailleurs prouvé qu’il fallait exactement 5 minutes pour faire 1 km à cette vitesse. C’est un peu comme la Grande Vadrouille, un classique accessible à tout le monde.

En gros, c’est ni trop fast, ni trop furious pour ne pas faire peur aux débutants, c’est ça ?

C’est exactement ça. Peu importe la vitesse de la cylindrée, ce qui compte c’est de croiser d’autres coureurs avec le même regard complice. Après, si tu possèdes les mêmes bras que notre ami Vin Diesel, c’est du bonus.

Ton Tshirt préféré dans la boutique ?

pari-stupide-Douzaleur-t-shirt

 

J’ai un coup de cœur pour le « Toi aussi t’as fait un pari stupide ? » (intitulé la « tête brûlée » sur notre site). En effet, à quoi bon partir s’entraîner dans le froid à l’approche d’une course lorsque l’on pourrait se faire un ciné bien au chaud? Notre fierté et notre folie nous mettent souvent sur des rails dont les futurs aiguillages nous sont inconnus.

Assez drôle de voir qu’on est tous passés par là avant de s’inscrire à certaines courses : tantôt après un reportage, tantôt en discutant entre amis… trop souvent lors de soirées arrosées d’ailleurs.

Ton meilleur souvenir de marathon ?

C’était à Paris en 2009, après 3h45 de course. Profitant d’un ravitaillement pour reposer mes jambes (traduire : j’étais arrêté…), une gentille bénévole m’a infligé une rouste verbale digne des plus belles volées de Philippe Lucas, dans le texte ça ressemblait à ça : « Qu’est-ce que tu me fais là Florent ?! Allez t’es pas venu là pour marcher, tu repars maintenant ! »« et plus vite que ça » m’a-t-elle crié 10 mètres plus loin.

Je me souviendrai toute ma vie de cette correction – j’espère qu’elle se reconnaîtra en lisant ton article.

Ta course préférée ? Si tu devais en recommander une aux lecteurs ?

Gros coup de cœur pour le trail « l’Ardéchois », la gentillesse de ses bénévoles, la beauté du parcours et des paysages, sans oublier le gargantuesque festin préparé à l’arrivée par l’organisation. Un pur moment de bonheur !

Les déguisements les plus fous croisés lors d’une course ?

C’est toujours un peu troublant de courir derrière un type déguisé en Borat. Mis à part « ça », la chose la plus remarquable vue à Barcelone fut un attelage de 30 coureurs tous reliés les uns aux autres sur 15 rangs de 2, certains plus frais que d’autres…

Grosse preuve de solidarité et d’amitié !

Ça va bien ton hallux valgus ?

Ecoute je l’ai encore vu ce matin et tiens il te passait le bonjour.

C’est venu quand cette idée de créer une marque de fringues pour courir ?

C’est arrivé en février 2013 lors d’un petit footing où, comme trop souvent, je n’avais pas pris le temps de recharger mon lecteur MP3. Pour m’occuper j’ai donc décidé de capter l’attention des coureurs avoisinants pour me divertir. Le constat fut simple : les gens ont l’air ennuyeux et ennuyés quand ils courent, alors qu’on n’est pas là pour se prendre au sérieux ! Un coup de fil à Mathieu qui a tout de suite visualisé la scène et l’aventure a commencé.

Question entrepreneur : le plus dur, dans l’accouchement de Douzaleur, ça a été quoi ?

Le temps. Si tu veux vraiment faire plaisir aux clients, il faut soigner la qualité du tissu et des designs, ça passe par beaucoup de tests en course et de retours d’expérience.

Comment vous vous répartissez les rôles avec Mathieu, le co-fondateur ? C’est facile de travailler en binôme ?

Dans notre cas, c’est ce qui fait notre force. Nous avons besoin de cette émulation créative et d’encouragements réciproques pour avancer. On partage sur toutes les décisions afin d’être aussi polyvalents que possible. Au final on prend beaucoup de plaisir à bosser ensemble, et je pense que ça se ressent sur nos produits.

Question bonus : Un conseil à donner aux entrepreneurs qui voudraient se lancer ?

Soyez à l’écoute, parlez, discutez, partagez. Plus vous serez curieux et intéressé, plus vous intéresserez votre public et donnerez une vie et un visage à votre projet. Profitez des moments forts un maximum et, en cas de moment faible, prenez votre plus beau Tshirt et courez décalé!

Retrouvez la boutique Douzaleur
Suivez le fil Facebook Douzaleur
PS : à tous les potes qui courent, je dis rendez-vous début octobre pour les 10KM de Paris !
Sélim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *