PARIS MAGNUM : la capitale par les plus grands photoreporters

Henri Cartier-Bresson, Martin Parr, Robert Capa, Raymond Depardon : pas une année sans qu’un des plus grands noms de la photographie ne soit exposé à Paris. Je me souviens de ma première exposition photo à Paris, Willy Ronis en octobre 2005. Je venais d’arriver pour mon année de césure chez General Electric. RER C, travail, RER, sorties, au lit.

Je ne voyais jamais la lumière du jour dans les rues de Paris, j’étais un vampire. Sauf le samedi après-midi et le dimanche après-midi, où une amie se chargeait de mon éducation à la beauté en me traînant dans les musées pour que je découvre la capitale et que j’intègre élégance et esthétique dans ma vie. Elle aurait adoré l’exposition photo Paris Magnum, à découvrir à l’Hôtel de Ville.


DER1968037W06997-19A

Magnum Photos est fondée en 1947. Elle doit son existence à quatre photographes : Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, George Rodger et David « Chim » Seymour. Initialement installée à Paris et à New York, ses bureaux se trouvent désormais à Londres et Tokyo. Pour le processus de recrutement de ses nouveaux membres, un seul mot s’impose : exigence.

Aujourd’hui, le collectif est constitué de près de 80 photographes, dont 60 membres. Vous découvrirez dans cette rétrospective Paris Magnum les œuvres de 30 photographes.

L’exposition tient en deux salles, mais quel condensé de l’histoire de Paris ! Découpée chronologiquement en 5 périodes, on débute cette visite avec « Magnum avant Magnum entre 1932 et 1944 ».

Sympa de retrouver des photos shootées au Leica, qui sont aussi exposées à Hamburg pour les 100 ans de Leica.

FRANCE. Paris. Place de l'Europe. Gare Saint Lazare. 1932.

Robert Capa : Libération de Paris
Robert Capa : Libération de Paris

1945-1959 sera probablement la période la plus troublante pour les plus jeunes : sobrement intitulée « Pauvreté et inquiétude », on y voit les témoignages de la reconstruction d’après-guerre, et émerge la figure de l’Abbé Pierre.

pablo-picasso-robert-capa-Paris-Magnum

1960-1969, les années pop : probablement la section que j’ai préférée, entre les bals populaires, la mini-jupe, les acteurs et réalisateurs de la Nouvelle Vague et le pop art. Mai 68 occupe une place à part dans l’exposition, avec les superbes photographies de Bruno Barbey.

Paris-Magnum-Barbey

magnum-paris-Hotel-de-ville

1970-1989 : Réaction et résistance philosophique. Ça sent le flottement, entre Pompidou et Giscard, entre Foucault et Deleuze, entre retour à l’ordre et subversion de la pensée traditionnelle.

1990-2014 : Une esthétique des marges. La concurrence de la télévision…

Paris-vue-par-les-photographes-de-l-agence-Magnum

On voit un film avec une photo du PSG. Un Pont Mirabeau en couleur avec des amoureux dessus, signé Christopher Anderson. Des macarons roses en couleur. Des jeunes qui jouent au foot en banlieue. Cette partie m’a moins touché, peut-être trop proche, pas assez de nostalgie…

30 minutes de pause bien méritées, j’étais ravi de quitter mon ordinateur pour me rendre à l’hôtel de ville découvrir ces superbes clichés qui ont fait l’Histoire de Paris.

Les textes du catalogue de l’exposition sont écrits par Eric Hazan, aux Editions Flammarion.
Exposition gratuite à l’hôtel de ville
Du 12 décembre 2014 au 28 mars 2015

Salle Saint-Jean, 5 rue Lobau, 75004 Paris
Sauf dimanches et jours fériés – 10 H / 18H30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *