digital détox

Digital Detox : Vous N’Etes Pas Prêt A Vivre Sans Portable

La digital detox, vivre sans téléphone portable pour un temps, j’ai toujours aimé… l’idée. Le temps d’une soirée NoMo (No Mobile) en avril 2015, je me faisais l’apôtre de la déconnexion digitale pour faire vivre de vraies rencontres en face à face à mes amis.

Lors de mes récentes vacances, ma vie a basculé le jour où j’ai perdu mon téléphone portable. Récit d’une détox digitale forcée. Spoiler : NE FAITES PAS CA CHEZ VOUS !

Ces vacances au pays de l’exagération commençaient très bien. La veille, nous avions dîné dans le restaurant Atmosphere, au sommet de la plus grande tour de Dubaï. Très photogénique !

J’avais bien évidemment immortalisé l’instant, pas pour Instagram, mais pour moi, pour écrire plus tard un article sur l’expérience dans la Burj Khalifa. Superbe dîner à près de 830 mètres du sol, c’est pas tous les jours !

Mais le lendemain, après un petit déjeuner sur la plage, c’est le drame.

Vous l’aurez compris, je jouais sur une appli de « presque » Trivial Pursuit, je suis allé me baigner, puis disparition du téléphone portable.

Début de la digital detox, de la vie sans portable, il est midi le jeudi 5 avril.

Je décide de ne rien faire, de ne pas m’agiter, de ne pas acheter immédiatement un nouveau téléphone. J’interprète cette perte comme un signe cosmique : l’univers me demande de débrancher.

Les réactions des témoins autour de moi ne m’aident pas à rester calme : « tu le prends super bien, moi si on me vole mon portable, je deviens folle », « t’es hyper zen pour un mec qui vient de perdre toutes ses photos »

Vivre sans téléphone portable : les vraies conséquences

  • Pas de réveil le matin (oui, je mets un réveil même en vacances, ET ALORS ?)
  • Pas l’heure (j’étais parti sans montre… pour ne pas risquer de la perdre, ahah)
  • Pas de plan Google Maps pour m’orienter (mon rôle de mâle habituellement : l’orientation dans le couple, c’est censé être moi)
  • Pire que tout : pas de réponse immédiate à mes questions. Vous savez, ces questions qui vous traversent l’esprit parfois, du genre : « C’est quoi ce building déjà ? », « C’est qui, cette actrice, déjà ? » Normalement, mon premier réflexe, c’est Google. Je déteste rester sans réponse…
  • Pas de blagues en direct avec mes potes sur mes groupes Whatsapp et Facebook. Je suis très visuel sur mes vannes, je prends souvent des photos que j’envoie à mes amis avec des légendes et des observations débiles. Mais là, en digital detox forcée, la communication en temps réel est rompue. Heureusement, l’essentiel de notre communication étant devenue asynchrone, je vais survivre

Le vrai souci lors de ma semaine complète sans téléphone portable, ça a été d’accepter la dépendance. Une vraie dépendance, j’avais l’impression d’être inutile, un assisté.

  • Commander un Uber ? Impossible sans téléphone.
  • Envie de se faire livrer par Deliveroo ? Essayez sans portable, pour voir… (Info cruciale si vous prévoyez d’aller à Dubaï un de ces quatre : les livreurs Deliveroo réussissent l’exploit de livrer le McDo chaud, et les frites ne sont pas molles.)
  • Reprendre les commandes lors des visites ? Mais comment faire sans Google Maps.

Horrible pour moi, « un peu » control freak.

J’ai donc décidé de pratiquer le let go, la résilience, et d’accepter de vivre cette digital detox à fond. Après tout, il y a quand même eu quelques avantages. Et j’avais tout de même mon ordinateur. Sauvé !

Les avantages de la digital detox

faire une digital detox

Cela faisait 5 ans que je n’étais pas parti en vacances sans couper vraiment. Les avantages de mon secteur font que je peux certes voyager beaucoup et travailler d’où je veux (en théorie), mais en pratique, ça veut surtout dire que j’ai une laisse virtuelle, un lien invisible avec mes clients en permanence.

Là, sans téléphone, j’ai prévenu tous mes clients, mes amis proches et ma famille que je serai injoignable la journée, et que je répondrai aux mails urgents matin et soir.

  • L’avantage de la digital detox, c’est qu’au restaurant, je n’étais pas tenté de vérifier mes notifications, j’étais complètement présent pour mes proches.
  • Que je n’ai pas passé un quart de seconde à scroller sur la liste des « LIKES » après avoir posté une photo sur Instagram.
  • Que j’ai été obligé de reconsidérer la notion d’urgence : je n’ai pas d’enfant, pas de parents à charge. Rien n’est urgent dans ma vie. Mes clients se sont très bien passés de moi pendant une semaine. Je suis remplaçable, il faut accepter cette idée.
  • Que je ne me suis pas soucié de ce que j’allais rater. FUCK FOMO !

Cette désintox m’a fait du bien, mais j’ai tout de même immédiatement commandé ma nouvelle carte SIM pour être opérationnel dès mon retour à Paris.

Ce qui m’a frustré ? Les moments où j’oubliais mon carnet. En temps normal, chaque idée qui me traverse l’esprit est aussitôt conservée dans EVERNOTE, l’appli que j’utilise pour prendre mes notes.

Là, sans téléphone, je suis passé à côté de quelques idées que je n’ai pas retrouvées par la suite. Foutue mémoire…

Le pire je pense, c’est cette sensation que doivent connaître les anciens fumeurs qui traînent avec des fumeurs, ou des ex-alcooliques qui sont en présence de buveurs : pendant les temps morts dans la conversation, j’avais en face de moi un ou deux hommes muets, sur leurs téléphones, ainsi que les femmes, rivées sur leurs portables.

J’étais seul à table. Seul au monde. Dans les restaurants, tout le monde est penché sur son téléphone.

Les conséquences de la digital detox

digital detox concentration

Cette expérience m’a marqué, plutôt positivement.

Cela fait un certain temps que je m’intéresse de très près à toutes les techniques pour me concentrer davantage, pour être plus efficace, pour réduire les distractions au minimum pendant mon temps de travail.

Aussitôt mon nouveau téléphone acheté (duty free avant le vol retour), j’ai cherché toutes les options pour rendre le clavier silencieux, pour masquer les messages, supprimer les notifications : je ne veux plus être dérangé… sauf urgence, par les personnes que j’inscris sur la white list !

Et vous, vous tenteriez une digital detox, comme ça, pour rire, pour tester votre résistance ?

Sélim, Retox

2 comments on “Digital Detox : Vous N’Etes Pas Prêt A Vivre Sans Portable”

  1. Tu as oublié de nous décrire les symptômes liés?
    Tremblement au bout du 3e jour, gorge sèche, hallucinations, notifications fantômes dans la poche …
    Non en tout cas, bravo pour cette detox, j’avoue ne pas être sûr d’en être capable aujourd’hui.
    Il y a quelques années avant la simplification du roaming, c’était plus facile, tu passais la frontière et ça te coûtait un rein donc on pouvait plus facilement oublier le tel dans la valise.

  2. Ahaha en te lisant, ça me fait penser que ces @#¤ de SFR, contrairement à Orange à l’époque, n’ont pas coupé les données.
    D’habitude quand je débarquais à l’étranger, c’était coupé d’office chez Orange.
    Et si j’activais les données, boom au bout de 10 secondes je recevais un message d’alerte « attention coco, tu vas prendre cher ».
    Là, SFR, au bout de quelques minutes sur le territoire : « HEY SALUT, eh bien ça te fera 45€ de hors-forfait pour ce message Whatsapp envoyé ».
    Merci pour ce souvenir douloureux Mikael !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *