prix fixé par le client

« Non merci, c’est rien », ou quand un client fixe le prix d’un service…

Ce week-end, le bouton du milieu a lâché. Un manteau APC tout neuf, vieux d’à peine deux mois, c’est une honte. Mais par manque de temps, je n’irai pas en boutique me plaindre de la piètre qualité du produit.

C’est plutôt une autre réflexion qui m’est venue à l’esprit. Celle du prix fixée par le consommateur. Un consommateur peut-il rémunérer à sa juste valeur un bien ou un service, une expérience ? J’ai repensé à Radiohead…

Il y a quelques années, en 2007, Radiohead avait réalisé un brillant coup de communication en laissant aux fans de leur musique la possibilité de télécharger (presque) gratuitement leur album… ou de payer ce qu’ils voulaient.

Imaginons que je sois un fan complètement fauché : je peux obtenir mon nouveau Radiohead pour 45 pence, une belle opération pour moi. Légalement ! Pas besoin de télécharger sur des plateformes obscures, avec du son de moindre qualité.

Imaginons que je sois un fan un peu plus aisé financièrement : à combien d’euros estimerai-je le « don » de cet album ? Les heures de travail de ces musiciens et de leurs graphistes, de leurs managers, de leur webmaster, de tous ceux qui ont oeuvré dans le noir pour qu’on puisse écouter leurs lumières ? Pas une question facile…

prix fixé par les fans de Radiohead

Au final, les avis divergent quant à cette expérience menée par Radiohead pour In Rainbows en 2007.

Outre Radiohead, c’est la marque de vêtements Maison Standards qui proposait récemment 3 prix différents pour sa chemise, une opération pour les soldes intitulée « PAY WHAT YOU WANT« .

(J’ai désormais Texas en tête, la chanson va rester pour la soirée, merci Maison Standards).

Lors de ces soldes, le consommateur pouvait choisir entre un premier prix « frais de développement et transport », le second prix, plus élevé, intégrait la rémunération de l’équipe, et un troisième prix encore supérieur qui permettait d’intégrer le financement des nouveaux projets et le développement de la marque.

Pour avoir bossé un peu dans le textile, quand on voit les prix des « nouvelles collections » VS ce que « ça » vaut vraiment, on ne peut que saluer une telle initiative.

client fixe le prix maison Standards

C’est un peu le même genre de travail pédagogique qu’effectue Première Manche, pour expliquer le prix d’une chemise.

Retour sur le déclic ce matin.

J’enlève mon manteau, je le tends au monsieur de la retoucherie.

« J’ai ce bouton qui a sauté, et le bouton du haut ne va visiblement pas tarder non plus… Seul le plus bas a l’air de tenir. Je vous le laisse, je repasse dans une heure ? ».

Quand je suis revenu, à la pause déjeuner, pour récupérer mon manteau, les boutons étaient mieux cousus qu’ils ne l’étaient au moment de l’achat.

Je fouille dans mes poches en demandant au retoucheur : « Merci monsieur, je vous dois combien ? ».

Sa réponse : « Non non, c’est rien ».

Un geste commercial. Un service qu’il m’a rendu. Une relation avec un client qui vient souvent (pantalon, veste, etc…). Et pourtant, au fond de moi, je ne peux pas accepter, pour une question de valeur perçue.

Il a travaillé. Il a pris entre deux et cinq minutes de son temps pour rafistoler un manteau payé bien trop cher, pour sa valeur marketing.

Comment évaluer son travail ? Bien sûr, il a une liste de prix pour tout acte effectué. Mais il n’a pas voulu me la donner. Il n’a pas voulu me dire combien je lui devais.

En lui laissant un petit montant, ça m’a permis de me sentir bien. De me dire que je lui envoyais un message positif : « j’apprécie ton travail ».

En sortant de sa boutique, je me demande ce qui se passerait si je laissais les lecteurs de mes formations en séduction fixer le prix de leurs achats.

Je me demande combien ils donneraient vraiment, de leur plein gré, pour mon travail, ma sueur, mon mal de dos, mes idées, mes années d’expérience. Je me demande combien ils seraient prêts à investir d’eux-mêmes pour changer de vie, prendre confiance en eux, ne plus souffrir de la solitude, trouver quelqu’un avec qui partager leur vie.

Valeur VS prix, un vieux débat pas prêt d’être résolu, mais toujours aussi intéressant !

Sélim, marketing lover

4 comments on “« Non merci, c’est rien », ou quand un client fixe le prix d’un service…”

  1. Bonjour Sélim,
    tu pourrait faire un sondage pour chacune de tes ventes pour connaître la valeur perçue par le client de chaque formations.
    Bon article,
    Sébastien

  2. Ça peut être une idée Sébastien… « Hey salut ! J’espère que ça va bien, que les formations ont été utiles. Avec le recul, combien aurais-tu payé ? »
    J’imagine la même chose avec un film au cinéma, à la sortie. « Alors, vous auriez vraiment payé 10 balles pour voir ce film ? Ça les valait ? ».

  3. Le débat Valeur VS prix me fait penser à une citation de Warren Buffet.
    « Le prix est ce que vous payez. La valeur est ce que vous obtenez. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *