Benjamin Blanck Ressuscite Man Ray

« Alors comme ça, Man Ray a inventé Instagram il y a un siècle ? Balèze votre dossier de presse, j’ai vu ça, je me suis dit que vous aviez osé, et du coup ça m’a intrigué ! Vous êtes Benjamin Blanck ? »

Voilà pour l’intro. Benjamin Blanck est assis avec son attachée de presse Laura, ils m’accueillent au restaurant les Minimes, rue de Turenne. La veille, j’ai feuilleté le très bel objet que Benjamin Blanck consacre à Man Ray, artiste incontournable du XXème siècle.

Lire la suite

Le Rangement, C’est Maintenant ! by Marie Kondo

Marie Kondo est folle à lier, ne vous fiez pas à son sourire. Cette Japonaise a torturé des milliers de clients et des millions de lecteurs à travers le monde avec son ouvrage « The life-changing magic of tidying », sous-titré « The Japanese art » dans la version anglaise que j’ai lue. En français, ce calvaire s’intitule « La Magie du Rangement ».

Ce week-end, j’ai lu pour vous (OK, surtout pour moi parce que j’ai toujours été bordélique au possible) La Magie du rangement. Et me suis débarrassé aussitôt de 6 sacs de choses très encombrantes dans ma chambre, mon espace vital. Marie Kondo est certes folle à lier, il y a du bon à prendre chez la meilleure coach en organisation personnelle japonaise, je vous explique pourquoi…

Lire la suite

5 Reasons Why You Should Read The Rosie Project

I just finished reading The Rosie project by Graeme Simsion, I loved it and wanted to share it with you. It is the love story I wanted to read, it is a book I wish I wrote. Read it in three days, I wanted to know the end, so it feels like the writer completed his mission : I was hooked from the very beginning to the end !

Meet Don, professor Donald Tillman. Be sure this Don is no Don Draper : not charming, not manipulative, not hungry for recognition or power. Yet the hero of The Rosie Project is very touching. As a dating and lifestyle coach, I can only suggest that you read this modern love story !

Lire la suite

Moi, Benjamin V, 33 ans… de Laurent Moreau [Interview]

Vous voulez le titre à rallonge du livre de Laurent Moreau, écrivain ? « Moi, Benjamin V, 33 ans, l’âge du Christ, et toujours pas de miracles en vue » ?

J’ai eu la chance de déjeuner en tête à tête avec l’écrivain à Bordeaux, un jour de soleil d’octobre 2015. L’interviewer pendant notre italien ? Impossible : nous fûmes perturbés par l’arrivée de deux jeunes femmes qui parlaient beaucoup trop fort pour qu’on ne se mêle pas de leur conversation…

Lire la suite

Le Livre Des Baltimore de Joël Dicker : Déjà L’Adaptation Ciné ?

Est-ce que ça existe, le concept de déprime post-lecture ? S’il n’existe pas, il faut l’inventer pour certains auteurs que j’aime bien. Une fois le livre reposé, j’ai l’impression que les personnages m’abandonnent. Que je me retrouve seul au monde. Tous ces personnages avec qui j’ai passé des heures et des heures, qui ont filé comme des minutes à vrai dire.

Le Livre Des Baltimore de Joël Dicker est vendu comme étant « Le nouveau roman de Joël Dicker ». Pour sa fan base acquise avec son premier triomphe « L’affaire Harry Québert », ça suffit. On lira le nouveau roman de l’auteur Suisse comme on allait voir le « dernier Belmondo » autrefois. Mes impressions sur « Le livre des Baltimore » de Joël Dicker.

Lire la suite

« Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier », le prix Nobel de Littérature 2014 de Patrick Modiano

Entre le passé et le présent, il n’y a au fond qu’une mince pellicule de cellophane. Il suffit d’une piqûre d’insecte, presque rien, pour que les souvenirs reviennent par bouffées. Et c’est sur 150 pages que Patrick Modiano nous fait suivre la lente remontée à la surface des souvenirs d’un enfant devenu écrivain.

Entre Paris et Saint-Leu la Forêt en passant par Lyon et Rome, l’écriture est fluide, les pages défilent sans qu’on s’en rende vraiment compte et je fois avouer avoir refermé « Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier », de notre Prix Nobel de littérature 2014 avec un goût d’inachevé

 

J’ai toujours plongé plus facilement dans l’univers d’un écrivain quand je réussissais à m’identifier au personnage présenté (je repense aux écrivains de « L’art du jeu » de Chad Harbach et « La vérité sur l’affaire Harry Québert » de Joël Dicker ou l’oeuvre ultime de Philip Roth, « La tâche »).

Ce Modiano est-il meilleur que « Dora Bruder » ou que « Rue des boutiques obscures » ? Pas forcément. On suit un début d’intrigue qui force le personnage à se dévoiler, mais j’ai eu l’impression de lire « Pour que tu ne te perdes dans le quartier » comme je regardais Lost : de manière passive, je subissais les oublis volontaires des scénaristes.

Sans aller jusqu’à dire que Modiano ne sait pas où il va, mais le « héros » du livre de l’année se laisse flotter, ne contrôle rien, comme s’il allait vers une mort certaine après une dernière « mission ».

Il reste en moi un sentiment de frustration quand je referme ce Modiano… Que deviennent ses deux rencontres du début ? Certes, on s’en fout au final, mais l’auteur me torture en ouvrant autant de boucles qu’il refuse de fermer. Il ne nous accorde pas la tranquillité, il veut qu’on se creuse le cerveau. Un livre exigeant, fluide et brillant.

Il faut laisser son regard s’habituer au clair obscur, ralentir le pas, se laisser gagner par cette atmosphère si particulière que l’on retrouve dans tous ses romans. Bref, entrer dans son monde. Et qu’il est dur d’en ressortir !

Un carnet perdu qu’un inconnu menaçant vous rapporte, des souvenirs de deux époques qui s’entrechoquent sans jamais correspondre complètement, des noms et des prénoms qui restent flous : Jean Daragane nous transporte pendant les 150 pages de sa vie vers une issue incertaine.

Fun fact sur le Prix Nobel de littérature : généralement, un auteur multiplie par 10 le nombre de ventes lorsqu’il reçoit ce prix prestigieux (source : Le Monde)

Modiano-prix-Nobel-Pour-que-tu-ne-te-perdes-pas-dans-le-quartier

Sélim, prêt pour un prochain ouvrage un peu moins sombre…

 

Taschen Pop-up Store Marais : l’éditeur allemand enfin présent Rive Droite !

Promenons-nous, dans le Marais, pour y trouver des livres frais ! Depuis le 27 septembre et jusqu’au 28 décembre, l’éditeur allemand Taschen a décidé de poser ses très lourdes valises au 24, rue Vieille-du-Temple ! Une bonne nouvelle pour ceux qui comme moi n’osent pas changer de rive pour aller trouver de beaux livres !

Le pop-up store Taschen met en scène les plus beaux ouvrages de la marque et les présente sur deux niveaux. Je ne compte plus le temps passé à feuilleter des collectors Playboy ou DC Comics : si vous n’êtes jamais entré dans une librairie TASCHEN, c’est le moment ou jamais pour faire connaissance avec cet éditeur qui flirte avec l’interdit…

Lire la suite

Oona et Salinger : que vaut le tube de la rentrée de Frédéric Beigbeder ?

Des filles clumsy mais oh so cute. Des asthmatiques, des écrivains, des party animals et des misanthropes. Le tube de la rentrée Oona & Salinger utilise les ingrédients habituels de l’écrivain, critique littéraire, présentateur télé et réalisateur français Frédéric Beigbeder.

Pour son retour dans les librairies, Beigbeder fait du Beigbeder, toujours fidèle à lui-même. Même s’il ne peut s’empêcher de ramener toute la couverture à lui comme dans Windows on the world, comme dans Un roman français, j’ai apprécié la lecture de son dernier ouvrage, Oona et Salinger. Je vous dis pourquoi ici !

Lire la suite

Peut-on rester classe en tongs l’été ?

Il y a des matières qui devraient être enseignées dès l’école. Les soft skills, l’art de débattre, d’apprendre à prendre la parole en public, et pourquoi pas aussi l’art de bien s’habiller ! Pour le rayonnement de la France, bien évidemment.

Après leur premier coup de maître, les copains de BonneGueule récidivent avec Le guide de l’homme stylé… même en tongs ! L’hiver étant officiellement passé, les pros du look au masculin reviennent avec trucs et astuces pour nous aider, nous les hommes, à garder la classe même par 35°.

Lire la suite